Edito

Un blog marron. Son auteur qui feint d'être un dino à gros museau.


Gérer - Stats - Flux RSS


Mardi 29 Juin 2010
Abandonware
Aujourd'hui, une étape est franchie : on va faire dans le recel d'abandonware :p

J'ai hacké à coups d'éditeur hexadécimal un jeu de gestion de TV en le traduisant du français lamentable vers un français plus correct. Son nom ? Mad TV. En français, donc. Cependant, la version proposée ici est une version bêta, il faudra donc que vous essuyiez les plâtres.

img


Pour le télécharger, cliquez sur l'image. Soyez sûr d'avoir lu le manuel jusqu'au bout avant de lancer ce jeu pour la première fois, sous peine de surprises.

Oui, le walkthrough est protégé par un mot de passe, oui, il est trouvable ailleurs sur le net, mais celui trouvable ailleurs sur le net comporte quelques erreurs.




Pour continuer mes rants envers les programmes libres, j'avais oublié mon principal grief : certains d'entre eux sont des putains de bouffeurs de RAM et/ou de CPU. Optimisation ? Bleah.

Posté à
16:38
 par YN_ - | Trucs merveilleux
Samedi 26 Juin 2010
POOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN
Vous aussi profitez des joies de la vuvuzela dans Doom !



Pour ce faire, vous devez soit télécharger ZDoom si vous êtes sous Windows, ou SkullTag si vous êtes sous Linux.

Une fois ces programmes correctement installés, et une fois les fichiers .WAD de Doom ou Doom II récupérés en achetant les jeux ou en les obtenant « autrement », cliquez deux fois sur la vidéo plus haut, et récupérez le fichier « vuvuzela.wad » dont le lien est indiqué dans la description. Mettez ce fichier bruyant dans le même répertoire où se trouvent les wads de ZDoom (Windows) ou le dossier de SkullTag situé dans votre dossier personnel (Linux). Lancez votre moteur de Doom en ajoutant ces paramètres :

Sous Windows, avec les niveaux de  Doom II par exemple : 
zdoom -iwad DOOM2.wad -file vuvuzela.wad 
 
Sous Linux, avec les niveaux de Doom I par exemple : 
skulltag -iwad doom.wad -file vuvuzela.wad


Et à vous les joies du frag de monstres à coups de Si bémols !
Posté à
21:28
 par YN_ - | Trucs merveilleux
Lundi 21 Juin 2010
Liiiiiibre
Bon après deux mois d'utilisation d'un Linux, voici les principales remarques que j'ai à faire à l'encontre des développeurs de logiciels libres :

/ Les releases, c'est bien, en abuser ça craint
Je me souviens de la lointaine époque où il y avait des releases quasi-hebdomadaires d'un compilateur C pour calculatrices TI parce qu'un bug bloquant avait été trouvé. C'était du temps où les bêtas dominaient le monde. Maintenant, on release des alphas au public. C'est-à-dire des programmes instables où c'est l'utilisateur qui doit essuyer les plâtres et surtout fermer sa gueule si le programme s'avère être instable. Et ce n'est pas que l'apanage des programmes libres. N'est-ce pas, Opera Browser ?

Pire encore sont les « forks » et autres « trunks ». La profusion de versions parallèles n'aide pas à la compréhension et parfois l'utilisateur est perdu dans toute cette jungle de « snapshots » ou autres « Release Candidate #53 ». Pire encore, quand une version parallèle est tellement bonne qu'elle en devient la version « officielle », mais en gardant toujours son sobriquet de « fork », « trunk », etc !!!

II°/ Qu'on pile
Ce n'est pas vraiment le fait de devoir compiler que je dénonce. C'est plutôt facile d'écrire « ./configure ; make ; make install » ou autres « ./waf install ». Ce qui l'est moins en revanche, c'est quand ça foire en pleine configuration de compilation.

Le problème ? « XYZ n'est pas installé, veuillez l'installer avant. ». Mon réflexe est le suivant : « sudo apt-get install XYZ ». Et là, on sort les « merde zut prout flute va te faire enculer », car une fois sur deux, on se mange un joli message qui dit « Le paquet XYZ n'a pas été trouvé ».

On est obligé de sortir Google pour trouver quels les noms exacts des libraires à installer. En général, c'est « libXYZ-VERSION-dev ». Parfois la version change. Fort heureusement, aptitude nous indique quelle est la bonne version. Par contre, c'est à l'utilisateur de changer lui-même la commande sudo avec les bons noms de paquets.

Là ou je veux en venir, c'est : « les noms de paquets à installer sont tout, sauf intuitifs ». C'est pour ça qu'en général, la majorité des pages officielles des programmes hébergent quelque part une page qui contient la recette pour compiler correctement. Copier, coller, et en voiture Simone.

III°/ Un support lamentable (Corollaire du premier paragraphe)

Reprenons le cas de SuperTuxKart. Une version 0.7 alpha 2 est sortie, où il est écrit qu'il y a la moitié des circuits, la moitié des personnages, la moitié du programme qui marche. Moi, de mon côté, je me dis : « Une version expérimentale qu'on doit utiliser à ses risques et périls ». Du coup, je préfère faire un post sur les aberrations de la version 0.6 précédente dite « stable ». Qu'est-ce qu'on me dit pas ?

La version 0.6 est dépréciée, essaie plutôt la version 0.7 alpha 2 qui bénéficie d'un support accru


D'un côté, c'est logique. On préfère se consacrer aux dernières versions même si la moitié du programme a été implémentée. Mais c'est dommage de ne plus assurer un suivi minimum des anciennes versions.

IV°/ Une grenouille dans l'amateurisme complet qui se prend pour le gros bœuf professionnel

Le problème fondamental de certains développeurs amateurs de logiciels libres ? Ils ne programment pas à plein temps. Ils font ça quand ils ont le temps. Si leur emploi du temps le permet. Contrairement aux professionnels qui se consacrent à plein temps sur le produit qu'ils conçoivent. Si le programme n'est pas trop populaire, ça passe encore, mais dans le cas contraire, ça devient un sac de nœuds inextricable et ça forke à tout va. Ils sont conscients de cette situation.

/ On est une communauté, on est une communauté, on est une communauté, on est une communauté, on est une communauté, on est une communauté, on est une communauté, on est une communauté...

Parfois, il se peut que, Sainte Horreur, des END-USERS apportent leur avis sur le programme qu'ils utilisent, avis parfois non dénué de critiques. Que répondent les développeurs ? « SI TU TROUVES QUE ÇA CLOCHE S'IL TE PLAÎT APPORTE TA CONTRIBUTION À CE PROGRAMME LIBRE ».

Heureusement, on peut refuser de contribuer, et les développeurs ne sont pas plus offusqués que ça (contrairement à certains développeurs italiens malgré la consonance etc etc etc). Comme je suis polisson à exagérer autant.

J'ai dit.
Posté à
11:37
 par YN_ - | Trucs qui gonflent
Jeudi 17 Juin 2010
Stuart
Aujourd'hui, je me sens d'humeur anglaise
Posté à
02:12
 par YN_ - | Pointless
Samedi 05 Juin 2010
Mi-coup, à tes souhaits
Vous reprendrez bien un peu de franponais ?

Posté à
19:16
 par YN_ - | Musique
Jeudi 03 Juin 2010
Ubuntu Classic OS 8
Aujourd'hui, dans la série « Les conquérants de l'inutile », voici une recette pour Ubuntu qui permet de passer de ça :

img


à ça :

img


Pour cela, il faut déjà chercher quelques trucs :

Le logo '80s de la pomme : img
Le fond d'écran : img
Les polices de caractères Mac : ici
Un set d'icônes pixellisées : ici
La skin Mac OS 9 Platinum : ici
Les bordures de fenêtres Mac OS 8 : ici

C'est bon, vous avez tout ? Let's go ! (Par contre, je me souviens au feeling) :

) Changez l'arrière-plan du bureau pour le motif 2*2 grisâtre plus haut.

) Installez les polices Mac, le set d'icônes, les bordures de fenêtres Mac OS 8 et déplacez manuellement le dossier « MacOS-Classic-GTK » dans le dossier /usr/share/themes/

) Système > Préférences > Apparence
Onglet « Thème » > personnaliser
Onglet « Bordure de fenêtres » : choisissez « macos8 »
Onglet « Contrôles » : choisissez « MacOS-Classic-GTK »
Ne changez pas tout de suite les icônes.
Onglet « Pointeurs » : choisissez « DMZ Black », et réduisez sa taille au minimum.
Validez.

) Onglet « Polices »
Les lignes doivent être dans l'ordre :
Chicago Standard 9
Chicago Standard 9
Geneva 7
Chicago Standard 9
<N'importe quelle police à largeur fixe>

Rendu : « Meilleur contraste »

Onglet « Effets Visuels » : aucun. Au revoir Compiz.

Validez et fermez.

) Clic droit sur la barre du haut > Propriétés
Onglet « Général » : seule la case « Étendre » doit être cochée.
Onglet « Arrière-plan » : cocher « Couleur unie », choisir la couleur bien blanche, et réglez l'opacité au maximum. Fermez.

) Clic droit sur les icônes de notifications (à gauche de la date) > Enlever
Clic droit sur la date et l'heure > Préférences > Décocher « Afficher la date »
Clic droit sur le login > Enlever
Clic droit sur le logo de marche/arrêt > Enlever
Clic droit sur les intitulés « Applications, Raccourcis, Système » > Enlever

Clic droit sur la barre de menus > Ajouter au tableau de bord... > « Forcer à quitter », « Éteindre » et « Sélecteur de fenêtres »

Déplacer les icônes (Clic droit > Déplacer) de façon à organiser comme suit, de droite à gauche : Sélecteur de fenêtres, Éteindre, Forcer à quitter, l'heure.

) Clic droit sur le Sélecteur d'espace de travail" > Changer le nombre de bureaux virtuels à 1.
Clic droit sur la barre du bas > Supprimer ce tableau de bord. Place, place !

) Ouvrir un terminal et installer le global menu comme indiqué ici

) Clic droit sur la barre du haut > Ajouter au tableau de bord... > « Applet Menu Global »
Le caler à côté du menu principal Gnome.

10°) Clic droit sur ce nouveau menu > Préférences
Onglet « General Settings » > « Enable per-monitor mode »
Onglet « Applet » > Les deux dernières lignes doivent être cochées, pas le reste
Onglet « Switcher » > Les lignes 3 et 4 doivent être cochées, pas le reste
Valider et déplacer à nouveau le menu libéré du nom de l'interface et de son icône.

11°) Système > Préférences > Apparence
Onglet « Icônes » > Changer pour « Art-Pixmap-Stuff ». L'icône du menu principal GNOME devrait avoir « disparu ».

12°) Lancer gconf-editor.
Chercher la clé « /apps/panel/toplevels/top_panel_screen0 ».
Changer la valeur de la clé « size » sur la droite de gconf-editor en 16.

Chercher la clé « /apps/panel/object/object_0 »
Enregistrer l'icône de la pomme quelque part (idéalement dans ~/Images/)
Dans la clé « custom_icon » sur la droite de gconf-editor, écrire le chemin complet où se trouve le logo de la pomme.
Cocher la case correspondant à « use_custom_icon ». La pomme devrait enfin apparaître.

Chercher la clé « /apps/metacity/ »
Changer la valeur de la clé « button_layout » sur la droite de gconf-editor en : « close,:maximize,minimize »

Congratration ! Vous avez normalement fini de tweaker Ubuntu.
Posté à
12:56
 par YN_ - | Pointless
Mardi 01 Juin 2010
Des DOS ?
Rions un peu avant d'aller dormir :

img


...PEBKAC.
(If you understand this, you're a geek)
Posté à
21:30
 par YN_ - | Pointless
Plus belles les morts
Aujourd'hui, une vieille vidéo du Paperbag que certains ont peut-être déjà vue sur la série de France 3 qui pulvérise de six pieds trois têtes l'étalon « Hélène et les Garçons », mais j'ai autre chose à faire, have fun kthxbye : Plus belle la vie

Posté à
17:11
 par YN_ - | Paperbag

 RSS  - ©yNBlogs 2004

Login : - Mot de passe :