422424Fermer
The_CUrELe 19/02/2017 à 00:10
La cause c'est pas 68, la Suède n'a pas eu Mai68, les Pays-Bas non plus, mais ils ont rangé la fessée au niveau des crimes.

Le problème c'est une idéologie qui fait de l'enfant un roi égal aux adultes qu'il faut protéger de tout choc pour qu'il soit un bon consommateur au caractère mou, associée d'ailleurs à la croyance que toute violence est LA violence absolue et que donc elle mène au retour de la guerre (parce que la guerre civile, permanente et totale de tous contre tous, sublimée sur le terrain économique et de l'emploi vaut mieux, paraît-il, à entendre les néo-libéraux et marchéistes de tout poil, sans parler de la guerre des sentiments, les pubs des sites matrimoniaux me font froid dans leur dos tellement elles débordent de violence symbolique dans tous les sens).
En plus le caractère mou fait qu'il s'écrasera face à n'importe quelle condition et que sa suggestibilité fera qu'il remplira les poches du Gran'Kapit'hal (comme disait Georges) puisqu'il sera incapable de résister à ses pulsions.
Le problème, déjà vu par Freud et sa fille, entre autres, (et même Platon mais dans le mauvais sens), c'est que l'enfant est une espèce de boule de nerfs désordonnée qui a besoin de punitions et de frustrations pour apprendre la loi, le dresser comme un animal à obéir ne marche pas sans en faire un abruti (ce que disent notamment Aristote, Kant et Philippa Foot), mais visiblement la mère de Malik est perdue et comme toutes les mamas maghrébines voient leur garçon comme parfait et donc la gentillesse mènerait à la gentillesse.

Les enfants ne pigent pas ça, quand tu les gâtes tout devient un dû, un enfant qui ne se cogne pas dans les murs grandira pour devenir un connard arrogant qui fuira la queue entre les jambes à la première frustration après un caprice (j'en ai encore eu la preuve avec un ancien macfag de ma fac, petit péteux président du BDE, arrogant et sûr de lui, lèche-cul et qui me regardait de haut, il a passé un an à la Sorbonne, a découvert que là-bas les masters sont des champs de bataille où les survivants s'étriperont pour se planquer dans un doctorat de recherche où ils seront inutiles et protégés du monde réel à faire des TD médiocres, il est revenu ici penaud et tout humble).
J'ai été un connard égocentrique et gâté, j'ai appris que la vie passe par les lois, autant celles de la société que de ta raison (ça n'empêche pas que certaines lois sont absurdes et qu'il faille les remettre en question, ce qu'on fait avec l'okaz, le piratage, le clonage de figouz et les décours de diorama en récup, pour ne citer que ça).

Et comme tu as pu voir, un caractère fort et qui comprend les limites n'empêche pas un humour vitriloique et brutal et un sens du sarcasme qui confine au cynisme, encore moins la liberté puisque, connaissant les limites, on connaît aussi son champ d'agir, on est donc libre parce que libéré de l'angoisse de s'aventurer dans le chaos de l'exploration de la liberté, on a compris déjà.

Ça sert aussi à ça la philo, à mettre les mots sur ce qui nous semble(rait) évident.

Et j'ai oublié un détail important : la lâcheté des proviseurs et CPE dictée par une politique du laisser-faire des pouvoirs publics qui considèrent les ZEP comme des garderies pour futurs "kailleras", RMIstes et autres taulards.
Ils ne sont pas assez intelligents pour comploter, mais si on file aux parents les allocs pour qu'ils consomment et votent pour nous sans rien faire pour l'avenir des gosses, on pourra les utiliser comme argument sécuritaires pour armer lourdement la BAC au lieu d'avoir une police de prox' qui fait de la prévention, on pourra arguer pour la construction de prisons privées (puisqu'on reste dans le délire néo-libéral de la réduction des dépenses de l'Etat et des partenariats public-privé). Ça ils n'en sont pas capables, ils réagissent aux bruits des médias, là je parle du parfait complot politique, celui qui n'existe que dans un esprit assez brillant pour le faire au lieu, confit dans son ego, de piquer dans les enveloppes parlementaires (oui je me flatte, non j'ai honte de rien).

Mais vois d'un côté des familles en HLM sous perf pour s'sssurer le "vote pauvre" et le "vote ethnique", et de l'autre les sécuritaires qui abusent du cynisme des usagers du robinet à allocs pour s'assurer un électorat sans prendre soin du tissu social.
Vois maintenant comment ces mêmes abuseurs du robinet vont utiliser l'argument de ces gosses sauvages (parce que jamais éduqués à la moindre loi symbolique puisque les parents sont souvent laissés à eux-mêmes et que chez eux la loi ne s'exprime pas comme ici) pour verser encore plus d'allocs et de subventions, jamais pour arranger, mais pour anesthésier cet électoral ethnique et de basse classe.

Toute la réponse est dans le calcul commercialo-politique, "comment m'assurer une clientèle captive pour que j'ai la légitimité électorale pour continuer à faire ce que je veux à la tête de [Collectivité] S.A. ?'
Et si je dis ça c'est parce que les allocs américaines ("welfare check" -chèque-équivalent du RMI, "food stamps" -tickets de nourriture, et autres) ont été imaginées par les démocrates pour mettre sous perf les noirs pauvres et s'assuraient qu'ils voteraient démocrate sans rien faire pour les sortir de leur statut de lumpen.
La protection sociale aux USA, même pour les Démocrates, c'est du stalinisme, l'Obamacare est une arnaque de ce point de vue d'ailleurs.

C'est ça, pas le libertarisme consommateur de 68 la cause, et la raison est qu'on le voit aussi aux USA, aussi ailleurs en Europe, le problème est lié au paradigme social de l'hémisphère Nord blanc en priorité (parce que les pays latinos nous imitent en pire, par exemple), pas à une certaine idéologie cantonnée à notre pays, nous ne sommes qu'un exemple comme un autre de la chute en avant brutale provoquée par le capitalisme consumériste dérglementé, dont le travail, comme l'a vu Gramsci, est de détruire la culture pour imposer la sienne et ainsi se légitimer par une espèce de "mythe fondateur" partagé y compris par les victimes.