71877189Close
Lionel DebrouxOn the 2017-11-24 at 10:51pm
Personnellement, je pense que je ne me rendrais pas compte si macOS passait à un autre noyau. On peut également citer Debian qui existe en version BSD et Hurd.
Ou encore le Windows Subsystem for Linux de Win10, qui permet maintenant d'exécuter et de compiler un nombre significatif d'applis non graphiques, bien plus que dans les toutes premières versions où les limitations avec notamment les symlinks le rendaient difficilement utilisable.
Il faut que je regarde s'ils ont mis à jour leur niveau de syscalls, parce que le 3.10 avec lequel ils visaient à être compatibles au début date quand même beaucoup maintenant...

À mon avis, beaucoup de projets industriels utilisent Linux parce que ça ne coûte rien et que beaucoup de choses fonctionnent.
C'est là que malgré la force de développement de Google, le bât pourrait blesser pendant un moment, pour les industriels, avec tout autre projet que Linux: le jeu de drivers de Linux est inégalé. Pour pouvoir remplacer Linux, il faudra que quelqu'un se colle le "portage" d'une façon ou d'une autre... pour bien faire, à terme, ledit portage devrait plutôt être une réécriture, parce qu'une couche de compatibilité avec les APIs d'un autre kernel (comme ça se fait sur les BSDs et Haiku) ne résoudrait pas les problèmes de sécurité du code d'origine.

J'ai oublié de le mentionner plus haut dans la catégorie sécurité du kernel Linux, mais j'ai vu que de façon tout à fait prévisible, un fuzzer fait et tourné par des employés de Google est en train de massacrer les drivers USB de Linux pour divers matériels plus ou moins courants. Les autres kernels et drivers qu'ils fournissent (ou souvent pire, drivers fabricant, fréquents sous Windows) ne feraient pas mieux.