64456447Close
NilOn the 2020-01-15 at 03:49pm
Je vais faire court, parce qu'en fait c'est biaisé depuis le début parce que, dans ta présentation, tu présentes la femme comme une marchandise, mais pas les hommes.

Ensuite, tu n'es pas clair dans ce que tu mesures :
- Un corps pour des rapports sexuels ?
- Une personne avec qui développer de l'affection ?
- Une personne avec qui passer la vie ?

Enfin, tu fais un constat en partant d'une conclusion sans regarder les possibles causes. En admettant ton principe d'objectification non comme une nécessité mais comme un constat :
- S'il y a une marchandisation de la femme (avec, du coup, une "valorisation" de "ce qui est rare est cher"), c'est parce qu'il y a une histoire et une culture de cette objectification (sociale, visuelle, etc.), avec dans les siècles précédents l'argent qui vient des hommes qui peuvent se payer des femmes-objets. Du coup, avant de râler sur cet état de fait, il faut déconstruire ces images et soit arrêter ce regard d'objectification des femmes, soit objectifier les hommes

Plusieurs pistes de réflexion pour terminer :
- Un des principaux soucis des hommes en recherche est qu'ils s'inscrivent généralement dans un besoin de rentabilité. Je ne parlerai pas de mon expérience ni de celle des gens que je connais, pour le coup, mais c'est clairement ce qui a le moins de chance de fonctionner (hors éventuellement scène libertine, de ce que j'en sais).
- Dans la mesure où tu présentes les choses comme une question d'offre et de demande, serais-tu prêt à vivre en couple ouvert/polyamour/lutinage/relation libertine/... pour faire baisser mécaniquement ces biais d'offre et de demande ?
- S'il y a une distance des femmes par rapport aux sites de rencontre en tout genre (et une stratégie desdits sites de limiter les contacts H/F pour éviter de faire fuir les femmes) c'est essentiellement parce qu'il y a des comportement masculins (nombreux) qui desservent les hommes corrects (je vous encourage à créer un profil féminin sur n'importe quel site, d'attendre 10 jours, et de faire des statistiques... c'est assez flippant et dramatique). Sans compter ceux, plus habiles manipulateurs, qui vont montrer une apparence plus acceptable, prendre le temps, etc. et estimer derrière que ce temps est un investissement qui mérite rétribution (comprendre : des hommes justifient des violences sexuelles au motif que, parce qu'ils ont accepté un jeu de séduction pendant plusieurs mois, ça leur donnait le droit d'une partie de jambe en l'air). À noter que ces comportements en arrivent à créer des dégoûts tels que j'ai plus d'une amie qui a fini par arrêter de chercher une relation avec un (ou plusieurs) hommes cisgenres à cause de ça (finissant par choisir une forme de célibat, voire un changement d'orientation sexuelle).
- Je pense que le type de réflexion tel que présenté là est l'archétype de ce qui peut justifier une réaction de rejet de la part de certaines femmes... je ne sais pas si le ton était ou non volontairement provoquant, mais j'admets en avoir été profondément choqué