79Close
NilOn the 2016-04-05 at 04:29pm
Pourquoi s'arrêter à la dimension "misère sexuelle" ?! Il y a plein de choses que l'imagination permet mais qu'on ne ferait pas "en vrai" (parce que c'est dangereux, illégal, moins bien en vrai, difficile voire impossible à réaliser...). Le propre du fantasme est, justement, d'être quelque chose d'abstrait que l'on fait vivre en l'intellectualisant.
Ce n'est d'ailleurs pas parce qu'on a une vie sexuelle épanouie qu'on n'a pas de fantasmes, ni que tous les fantasmes méritent ou nécessitent d'être réalisés (pour - entre autre - les raisons citées plus haut).
Du coup, ces objets sont à voir non pas comme des outils de compensation d'une misère sexuelle, mais une façon de prolonger l'imaginaire.
Cela dit, je trouve ça un peu primaire comme réalisation. Pour bien faire, je pense qu'il faudrait avoir une tenue souple qui s'enfile sur la peau, et capable d'exercer des points de pression sur le corps en relation avec ce qui serait "vécu" dans l'univers virtuel.