26Close28
MeowcateOn the 2013-10-15 at 05:56pm
Je n'avais vu que Saw 1 et 2, et voulant faire mon ménage récemment en passant un film en fond où je n'aurais pas trop besoin de suivre, je me suis remis Saw 2.
Puis dans la foulée... bref, en deux jours j'ai fait toute la série.

Notamment dans les derniers on apprend que John (le tueur au puzzle) a en fait organisé tout cela depuis le début simplement parce qu'il s'est vu refuser la prise en charge de son traitement contre son cancer par sa compagnie d'assurance.
Entre ça et la récente fin de Breaking Bad, j'ai dans l'idée que Obama a eu une vraie bonne idée de mettre en place une sécurité sociale américaine quand on voit que les cancéreux sans ressources finissent dealers et tueurs en série. Et je suis sûr qu'on pourrait trouver au moins 3 exemples de plus dans ce genre dans les films ou les séries pour en faire un article sur Cracked.

À la longue certains éléments des films m'ont fait penser à un running gag, par exemple :
- Non car en vrai c'était moi l'assassin ! Dans tous les films, le grand méchant qui tire les ficelles n'est jamais celui qu'on pense.
- John est immortel. Il était cancéreux dans le premier film. Phase finale dans le second. Phase terminale dans le 3e. Supposé mort dans le 4e. Et dans le 5e, 6e et 7e, il est effectivement mort MAIS il contrôle toujours le jeu dans sa globalité tant il avait tout prévu.
- Surprise motherfucker ! Il y a toujours un retournement de situation. Toujours. À partir du 2e volet ils sont basés sur les épisodes précédents, et en toute honnêteté ils ne sont pas trop mal pensés, comme si au film X on avait déjà pensé au détail qui servirait au film X+1.
- Replay. Au fil des épisodes, la proportion de flashbacks dans les films augmente de façon exponentielle.
- En vérité je vous le dis... À partir du 3e volet, on nous promet de nous révéler enfin, pour de bon, les véritables intentions derrière les agissements du tueur au puzzle, même que ce n'est pas du tout ce dont on parlait au film précédent.
- Du calme Georges... dans chaque film, il y a au minimum un piège où la victime pourrait s'en sortir sans problème si elle réfléchissait deux secondes plutôt que de paniquer (à l'exception du 5e film où il n'y a que ça... mais que les victimes ne le remarquent qu'à la fin. Ça m'a d'ailleurs rassuré tant c'était gros comme une maison qu'ils pouvaient s'échapper facilement des pièges).
- Ce n'est pas un jeu, c'est un meurtre. Même dans le premier film, il y a toujours au moins un piège qui est seulement prétexte à tuer quelqu'un. À la base Jigsaw est supposé stimuler l'instinct de survie des victimes, ce qui suppose 1) qu'elles doivent avoir une réelle chance de s'en sortir, et 2) que cela ne doit pas passer par l'idée de tuer une tierce personne (John dit qu'il n'a "jamais tué personne", alors que certains pièges mènent inévitablement à la mort d'au moins une personne). C'est sans doute mon plus grand regret dans cette série, que cela ne suit pas les règles qui sont à la base des agissements de Jigsaw.