43434345Close
ZerosquareOn the 2019-09-26 at 01:16pm
Je pense qu'on compare des choses qui ne sont pas comparables.

Par exemple, Nil parle des profs de musique : ce sont certes des pros, mais le choix de leur logiciel de notation ne va pas changer beaucoup leur productivité (pour autant que ça ait un sens de parler de "productivité" pour ce type de profession). Idem pour les compositeurs amateurs/semi-pros.

Altium ne vise pas ce marché-là, sur lequel il y a déjà des logiciels libres pas mauvais du tout comme Kicad, et pas mal de logiciels commerciaux à tarifs abordables (quelques centaines d'euros). Ils se positionnent sur le marché des utilisateurs pour lesquels la productivité a un impact financier direct, comme les bureaux d'études. L'équivalent dans d'autres professions serait des softs comme AutoCAD, SolidWorks, Photoshop ou Pro Tools, qui ne sont pas bon marché non plus.

Une autre raison qui permet les prix élevés est quelque chose que tu as évoqué : la compatibilité entre logiciels concurrents. Pour les softs de conception électronique, il n'y a pas vraiment de format neutre et standardisé pour les projets et les bibliothèques de composants. Le support des formats non natifs et la qualité de l'import est assez aléatoire, et encore quand il existe... Et le coût des softs est à relativiser par rapport au coût d'une erreur non détectée qui se retrouve en production (en élec, tu peux difficilement jouer la carte du "c'est pas une erreur, c'est un choix artistique" tongue)