59775979Close
NilOn the 2019-09-08 at 02:02pm
Zerosquare (./5973) :
1) parce que tu accuses des gens dont tu sais pertinemment qu'ils ne sont pas coupables (pour reprendre ta formulation : Sérieusement ? Vraiment ? Tu penses que tes interlocuteurs ici cautionnent les violeurs et les violences faites aux femmes ?)
Je n'accuse pas les posteurs présents d'être coupables d'agressions envers les femmes, j'accuse les posteurs ici de minimiser les agressions qui sont faites aux femmes, en utilisant un vocabulaire misogyne ("y a que les femmes pour" ; "un problème hormonal sûrement"...).

Zerosquare (./5973) :
2) parce que tu montes sur tes grands chevaux.
Oui, et ? Si je ne l'avais pas fait, on aurait eu une suite de réactions misogynes sans aucun contrebalancement. On est une un forum avec de l'entre-soi masculin ayant fait des études supérieures et coupé d'une certaine réalité. Si je ne montais pas sur mes grands chevaux, ça paraîtrait normal de balancer ce qui a été balancé.

Zerosquare (./5973) :
3) parce que tu refuses d'admettre que les gens que tu défends ont leur part de responsabilité.
Tu remarqueras que je n'ai absolument pas commenté cette partie-là : ce qui m'a fait réagir, ce ne sont pas des critiques constructives, mais un mélange de réactions sans aucun argument autre que "c'est Internet, c'est comme ça" (argument de Nhut), "ce sont des femmes, c'est pour ça qu'elles réagissent ainsi" (arguments de Brunni et Pen^2) ou "c'est ridicule" (argument de Folco).

Zerosquare (./5974) :
Premièrement, de la part de quelqu'un qui se veut super tolérant, c'est malvenu.
(Et si je voulais être mesquin, je pourrais ressortir des posts à toi également où tu te plains.)
Mon argument à l'encontre de Nhut n'est pas qu'il puisse manifester sa colère, c'est qu'il le fasse tout en disant par ailleurs (dans le cadre d'une argumentation) que manifester sa colère ne mène à rien.
(Et je me plains ici extrêmement rarement de choses qui me sont arrivées ; en général, lorsque je poste dans FUUU[...]UUUCK, c'est plutôt parce que j'ai fait une connerie moi-même ; mais je fais confiance à tes capacités d'indexation, depuis la fin des années 90 il y a probablement des posts où j'ai pesté contre quelqu'un)

Brunni (./5975) :
Genre la société éduque les hommes à battre les femmes ?
La société est bourrée de codes patriarcaux et misogynes (qui ne sont pas l'apanage exclusif des hommes, d'ailleurs, mais les mouvements féministes se battent aussi pour que les femmes ne s'enferment pas dans ces stéréotypes).

Folco (./5977) :
Nil, qui a dit que fallait taper sur les femmes ou je ne sais quoi encore
Si on ne permet pas aux femmes de parler des violences (directes, indirectes, culturelles, sociales...), et si lorsqu'elles en parlent on les traite de SJW, alors on ne permet pas (entre autre) de faire évoluer la situation de façon optimale concernant les violences (physiques, psychologiques ou sociales) qu'elles subissent.

Folco (./5977) :
Et pour le « pourquoi on parle de connes », je remercie les posteurs précédents pour leurs explications sur ces SJW...
Les rermarques de Penpen et Brunni citées en ./5966 ne parlent même pas de "ces SJW", mais sont des remarques sur les femmes en général. Si t'as aucun problème avec ça...

Brunni (./5975) :
Et si on donnait le droit aux hommes de ne pas être féministes
Ouais, tiens, on devrait aussi donner le droit aux blancs d'être racistes \o/
(J'ai l'impression que, pour vous, être féministe, c'est une tare ; de base, c'est juste vouloir que les hommes et les femmes aient les mêmes droits et devoirs, et droit au même respect ; et il n'y a pas "un" féminisme, mais "des façons de concevoir le féminisme", tout comme il n'y a pas une façon de concevoir les libertés individuelles, mais plusieurs courants)


Brunni (./5975) :
On n'a jamais dit qu'il n'y avait pas de problème, on a juste dit que le militantisme extrême a des répercussions sur la santé si tu n'apprends pas à créer une distance avec les événements.
Non, ce n'est pas ce que vous avez dit, je vous renvoie au ./5966 pour ça...

(c'est valable aussi pour le boulot, etc.). Qu'un burn out est encore bien gentil comme résultat pour une vie aussi aigrie et déconnectée. Mais le SJW fonctionne en moyenne pas si mal en réalité, surtout pour les femmes.
Je ne suis pas sûr de comprendre cette phrase... surtout quand tu l'inscris dans l'histoire juste après alors que le SJW est quelque chose qui se définit justement par Internet.

C'est comme ça qu'elles ont toujours fait historiquement, puisque c'est elles qui contrôlent l'enseignement (traditionnellement du fait qu'elles éduquent les gamins et peuvent donc les programmer très précisément, garçons comme filles)
Ahahahahahahah.
Non mais... c'est aux antipodes de la réalité et de l'histoire de l'éducation x_x
L'éducation ne vient pas des femmes, historiquement, elle vient d'abord du clergé, puis de l'instituteur (je ne vais pas revenir sur le fait que le métier d'instituteur a été fortement masculin lorsqu'il était synonyme de connaissance et de valorisation sociale, puis qu'il s'est féminisé lorsque ça a été moins le cas).

par contre c'est un pouvoir qui marche, juste pas à 100% dans l'absolu, et il demande du temps. Mais il fonctionne plutôt bien -- beaucoup mieux que la force, vous inquiétez pas pour elles.
Ça fonctionne tellement bien que les sociétés & cultures où les femmes sont celles sur lesquelles on s'appuie le plus pour l'éducation sont aussi celles où les stéréotypes genrés, le patriarcalisme et les violences qui sont infligées aux femmes sont les plus fortes. Parce que ce n'est pas qu'une histoire d'éducation ou d'instruction, c'est une histoire de modèles et de stéréotypes.

Brunni (./5976) :
Si tu veux mon analyse sociologique au doigt mouillé
Ouf, j'ai eu peur, j'ai cru que tu avais fait des études poussées sur le sujet pour sortir tous ces clichés misogynes ; tu me rassures !
(Avant qu'on me sorte le contre-argument : mon sujet de M1 porte, dans sa spécialité, sur le sujet. Ce ne sont pas des "études poussées", mais ce n'est pas un avis au "doigt mouillé", bien qu'il arrive que la situation se présente)

Brunni (./5976) :
Croyons un peu en elles, et en leur propre capacité de se démerder. Ça c'est féministe.
Tiens, pour le coup, je suis d'accord. Mais du coup, ça signifie aussi que le comportement qui consiste à les pourrir et à les réduire à des hystériques n'est pas le bon. Ah, et du coup, en fait, ça évite de faire un burn-out puisqu'il n'y a plus d'animosité dans les retours des hommes.

(Que ce soit clair : il y a des courants féministes avec lesquels j'adhère, et d'autres avec lesquels je n'adhère pas. Et je suis contre le fait de s'acharner sur une personne, homme ou femme, hors d'un cadre légal et juridique [cela dit, vu la place faite aux violences sur les femmes dans le cadre légal, je comprends que certaines aient choisi le communiquer publiquement dessus]. Et quand on me dit "oui mais c'est Internet", comment dire... c'est un peu l'argument en mousse de chez mousse, ce d'autant plus dans une société où il y a une telle porosité entre identité numérique et identité physique)