64646466Close
BrunniOn the 2020-01-16 at 01:51am
Nil (./6446) :
Je vais faire court, parce qu'en fait c'est biaisé depuis le début parce que, dans ta présentation, tu présentes la femme comme une marchandise, mais pas les hommes.
Euh non, quand je parle de marché libéral sexuel je mets les deux sexes dedans. C'est par opposition à quand il y avait des mariages arrangés, etc. Les hommes sont autant des marchandises pour les femmes, qu'elles choisissent sur un étalage.

Nil (./6446) :
Ensuite, tu n'es pas clair dans ce que tu mesures :
- Un corps pour des rapports sexuels ?
- Une personne avec qui développer de l'affection ?
- Une personne avec qui passer la vie ?
A priori, quand on parle de marché, ça inclut tout. Tu as une offre et une demande et des "produits" pour répondre à différentes demandes. Je n'aime pas du tout cette, j'aurais pas dit objectification mais "produification" de l'humain, mais c'est ce que la vision libéraliste des relations a créé, et mon idée était d'exposer, pourquoi ça ne marche pas selon moi.

Nil (./6446) :
Enfin, tu fais un constat en partant d'une conclusion sans regarder les possibles causes.
Ben si, je l'ai dit que ça servait à l'origine probablement à une élite. C'est toujours pareil, les riches ont tout avantage dans le capitalisme. Les pauvres, c'est beaucoup moins évident. Dans un marché sexuel tel qu'on l'a actuellement, la majorité des gens sont pauvres (et les hommes plus, car leur valeur est compressée vers les extrêmes dès le début, avec une minuscule élite seulement).

Nil (./6446) :
- Un des principaux soucis des hommes en recherche est qu'ils s'inscrivent généralement dans un besoin de rentabilité. Je ne parlerai pas de mon expérience ni de celle des gens que je connais, pour le coup, mais c'est clairement ce qui a le moins de chance de fonctionner (hors éventuellement scène libertine, de ce que j'en sais).
- Dans la mesure où tu présentes les choses comme une question d'offre et de demande, serais-tu prêt à vivre en couple ouvert/polyamour/lutinage/relation libertine/... pour faire baisser mécaniquement ces biais d'offre et de demande ?
1. Pas sûr de comprendre. Mais il y a des tas de mecs corrects (une majorité j'ai envie de penser, et je prends pas de risque là).
2. Non pas vraiment. Mais ça va avec ce que je dis, dans un marché tel qu'il est là, l'offre et la demande ne correspondent juste pas (et ne peuvent correspondre à moins d'avoir des dynamiques sexuelles qui causent de nombreux autres problèmes), créant des situations de jeu de valeur/pouvoir injustes.

Nil (./6446) :
- Je pense que le type de réflexion tel que présenté là est l'archétype de ce qui peut justifier une réaction de rejet de la part de certaines femmes... je ne sais pas si le ton était ou non volontairement provoquant, mais j'admets en avoir été profondément choqué
C'était volontairement incisif pour poser plusieurs points sans peur de casser des vases. Evidemment ce n'est pas un truc à dire à une femme en rdv, par contre ça reste selon moi un vrai problème de société et ça m'intéresse.

[Je lis les autres postes et refais une réponse]