Edito

Un blog marron. Son auteur qui feint d'être un dino à gros museau.


Gérer - Stats - Flux RSS


Mardi 02 Aout 2016
Ah, des aisselles !
(...sous-titré "La fracture numérique, quelle belle machine !")

Ça fait maintenant cinq ans que je suis chez SFR. Jusqu'ici, je n'avais rien à redire. Un service pas forcément au top, mais qui faisait son taf, à savoir fournir un Internet triple play par ADSL à une vitesse raisonnable (400 Ko/s est pour moi acceptable pour une consultation de pages avec du contenu multimédia, tant que les images ne sont pas des posters retaillés à la hache).

Petit à petit, la vitesse devenait plus qu'acceptable, jusqu'à atteindre les 1 Mo/s (8 Mégabits/s). Je pouvais regarder du Netflix en Full HD sans problème.

Puis vint le jour, où mon quartier était enfin fibré et où c'était bien gentil d'habiter un studio d'étudiant sans rangement, mais c'est quand même relativement casse-couilles avec tous mes jouets éparpillés un peu partout. Je déménage donc vers le nord avec un appartement presque 2 fois plus grand et surtout PLEIN DE PLACARDS.

Seul petit détail que j'avais oublié : la qualité des lignes de cuivre du quartier. Après le déménagement, j'ai dû rendre le décodeur TV faute de débit suffisant. En effet, j'avais moitié moins de débit ! Cela dit, ça restait dans la limite du supportable et je pouvais quand même regarder du Netflix et du Youtube en 720p (1080p pour des dessins animés comme "Les Kassos").

Entretemps, Patrick Drahi rachète SFR et se la joue Bolloré-Style. Il commence par augmenter petit à petit les tarifs de l'ADSL fixe. 3 euros par-ci, 3 euros par là. Par le truchement des remises multi-packs, j'arrivais à stabiliser le prix mensuel de mes forfaits fixe et mobile. En consultant les différentes pages consacrées à la fibre SFR, j'apprenais que la fibre arriverait "bientôt" dans le quartier.

Un an plus tard, la fibre n'est toujours pas arrivée et l'opération est repoussée aux calendes grecques. Elle s'arrête pour le moment à 500 mètres de chez moi à vol d'oiseau. C'est râlant.

Pis encore, depuis 48 heures et l'installation d'un nouvel arrivant dans mon immeuble, mon débit est descendu en-dessous de DEUX MÉGABITS PAR SECONDE. EN ZONE URBAINE. Et Drahi qui fait encore augmenter à la mi-août le tarif de l'ADSL en faisant dorénavant facturer la location de la box qui jusque là était gratuite. Une box NB6 que j'ai depuis 5 ans. Bien plus robuste que ces saloperies de Livebox, en passant.

Bref, on me demande de payer une fortune pour un service à peu près aussi performant que l'ADSL à la campagne. J'habiterais Trifouillis-les-Oies, je comprendrais. Mais là, j'habite Toulouse, à dix minutes d'une station de métro et d'un quartier qui a poussé comme un champignon.

L'assistance SFR me dit que ma ligne est en cours "d'optimisation". La décence aurait voulu qu'on m'avertisse de cette situation, soit par mail, soit par SMS. Donc débit pourri + travaux inopinés + tarifs prohibitifs == résiliation.

Pour aller vers la concurrence ? Que nenni ! Un coup d'œil aux autres FAI montre que les lignes ADSL ne peuvent dépasser les 5 mégabits par seconde. SFR n'est donc même pas à blâmer pour le coup, mais plutôt Orange, qui a installé à l'arrache ces lignes de cuivre merdiques des années 60. Coup de griffe au passage au département et à la communauté de communes qui vantent les mérites du Très Haut Débit et de leur volonté de la déployer très vite. Sauf que quand il y a un rapport de vitesse de 1 à 50 au sein d'une même ville, c'est qu'il y a un problème quelque part. Pas la peine d'avancer des coûts d'installation prohibitifs, la Roumanie a un internet bien plus homogène et bien plus rapide ! Il serait temps que l'ARCEP revoie sa définition d'un internet haut débit ; à ses yeux, 512 Kbits/s suffisent à qualifier une ligne de haut débit.

Ce qui me ramène au sujet du topic. Auparavant, mes frais de communications se décomposaient ainsi :
- 32 € d'ADSL et de téléphone fixe. Vitesse actuelle : 1,8 Mbits/s
- 36 € en forfait mobile illimité + 20 Go. Vitesse actuelle : 20 Mbits/s environ, et encore c'est loin d'être top.
Soient 68 € par mois.

Les rares appels que je recevais de toutes façons sur le téléphone fixe émanant soit de mes parents, soit de démarcheurs téléphoniques de merde dont le numéro se faisait impitoyablement filtrer juste après, j'ai donc décidé de me passer d'internet fixe et d'ADSL pour profiter d'un internet jusqu'à dix fois plus rapide. Ah, au passage, les appels vers les mobiles depuis le fixe étaient comptés en sus.

Mes frais de communications baisseront ainsi de 25 %, soient uniquement 46 € de forfait mobile, les 10 € de remise grâce à la box passant à la trappe.

Voilà comment on peut arriver à ces non-sens technique et économique grâce aux pouvoirs combinés de l'indigence managériale et de l'indigence de France Télécom à actualiser un réseau digne de ce nom.

J'applaudis la performance tel Heath Lodger dans son rôle du Joker.
Posté à
16:41
 par YN_ - | Trucs qui gonflent
Dimanche 03 Juillet 2016
Portugão
Donc je viens de passer 9 jours au PORTUGAL, à Porto plus précisément.
FANFARE !

I°/ Le meilleur moment pour y aller
Définitivement Juin ou Septembre. Le climat y est très agréable grâce au soleil déjà chaud et lumineux et les billets d'avion à un prix dérisoire avec Easyjet (110 € aller-retour avec le bagage en soute, et encore je m'y suis pris un peu tard).

II°/ Le meilleur moyen pour dormir sur place
Airbnb. Les chambres au centre de Porto pullulent et une nuit vous coûtera entre 19 € et 30 €.

III°/ Le prix de la bouffe
Pour faire simple, le prix de la bouffe est complètement pété là-bas. Malgré une TVA à 23 %, la nourriture est vraiment bon marché et les restaurants typiques ― c'est-à-dire, pas ceux où les serveurs sont obligés de vous tendre le menu (« If you have to do this, NO! ») ― fournissent des plats de qualité. Un verre de vin, une soupe, un plat principal ET un dessert : SIX EUROS.

IV°/ Le prix des services
Là, on est bien dans les prix français, et c'est pire à Lisbonne #sick# .
Quand un ticket de téléphérique coûte plus cher que 6 pastéis de nata fabriqués en boulangerie, il y a un problème. Pas étonnant qu'on voie dans les rues des positions très tranchées sur l'euro.

V°/ Le décor
Pour qui aime l'architecture et les traditions avec un marché échappé tout droit d'une œuvre de Miyazaki, Porto est une ville intéressante à découvrir. Les dénivelés compensent largement la taille réduite de la ville. Laissez tomber les transports en commun, pas intéressants hormis pour aller à la plage. Et je suis désolé, mais le métro de Porto, j'appelle pas ça un « métro ». Même pas un métro léger. L'appellation « tramway » est plus appropriée, même s'il subsiste de vieux tramways.

VI°/ Possibles emmerdes
Les vendeurs de drogue à la sauvette près des coins touristiques.

VII°/ Autres trucs WTF
[*] Un MVNO qui chie sur la neutralité du net
[*] Un paon en semi-liberté dans un parc
[*] Les sachets de Tang existent encore
Posté à
10:27
 par YN_ - | Trucs merveilleux
Dimanche 11 Octobre 2015
Shield TV
Où quand l'OS d'une machine ruine tout.

Posté à
01:29
 par YN_ - | Consommé
Samedi 18 Juillet 2015
Albion
img


Souvenirs de Grande-Bretagne, où faute de valise frigorifique j'ai dû me rabattre sur des denrées moins périssables : les gâteaux et autres douceurs.

Première constatation : THE AMOUNT OF SUGAR IS TOO DAMN HIGH. Non, vraiment, même pour moi qui aime le sucre, c'en était presque parfois pâteux dans ma bouche.

Parmi ce que j'ai testé pour l'instant :

* Le gâteau de Battenberg ( https://en.wikipedia.org/wiki/Battenberg_cake ). Très bon, mais le massepain sucré est un peu too much.

* Le sponge cake à la framboise ( http://www.tesco.com/groceries/product/details/?id=255538238 ) : le sucre ayant mystérieusement disparu du paquet, il en résulte au final un gâteau bien plus digeste.

* Les tartelettes aux pommes bramley et au cassis ( http://www.tesco.com/groceries/product/details/?id=261674482 ) : en voilà un dessert qui claque bien, mais toujours avec ce travers de saupoudrage de sucre sur une pâte un peu sans goût.

* Boisson aux oranges et aux framboises ( http://www.tesco.com/groceries/product/details/?id=286942207 ) : NOM DE DIEU COMMENT CE TRUC PEUT-IL ÊTRE BUVABLE.

* Crackers multigrains ( http://www.tesco.com/groceries/product/details/?id=276879764 ) :
Pas autant salés qu'on pouvait l'espérer. Exquis avec du fromage. Wallace & Gromit, j'arrive !

En attendant de pouvoir goûter aux Pop-tarts par la suite… mais à 2,69 £, on réfléchit avant d'ouvrir le paquet.
Posté à
12:00
 par YN_ - | Consommé
Dimanche 19 Avril 2015
Singe
Petit singe polisson !

Posté à
19:11
 par YN_ - | Pointless
Dimanche 08 Mars 2015
Pouvoir
Parce que le mercantilisme en matière de jeux vidéo existait déjà en 1986 :

Posté à
20:36
 par YN_ - | Paperbag
Lundi 19 Janvier 2015
Kilos
Aujourd'hui, pas de technique ou autre complainte. Aujourd'hui, on va parler d'un truc trendy à l'heure où la dictature de la maigreur fait des ravages dans la gent féminine : LE RÉGIME.

Tout le monde sait à quel point suivre un régime est plus ou moins chiant selon les objectifs fixés. Je ne vais pas vous mentir, c'est vrai. Et pourtant, j'ai trouvé une méthode qui permet de perdre du ventre sans trop d'efforts.

#attention# Cette méthode fonctionne chez moi, ça veut dire que ce n'est pas garanti que ça marchera chez vous. Néanmoins vous pouvez vous inspirer pour faire vous aussi votre programme de perte de ventre. Notez que j'ai dit « perdre du ventre », pas maigrir. Par ailleurs, je vous recommande de peser ( #trigic# ) le pour et le contre de cette méthode.

Avant de commencer ce régime, vérifiez la quantité de denrées alimentaires qui vous reste. S'il vous reste pour plus de 3 ou 4 déjeuners ou dîners au moins, ne commencez pas. Ne faites pas encore les courses. Videz votre frigo. Si la date des courses à faire s'avère trop proche, réduisez peu à peu les quantités. Retardez au maximum le moment où vous n'aurez vraiment plus de quoi vous mettre sous la dent. Voilà déjà une première étape.

Vient le moment des courses. Privilégiez les féculents au blé complet. Privilégiez les œufs. Privilégiez la viande blanche (Volaille ou poisson). Privilégiez les légumes que vous ne rechignez pas à manger. Privilégiez l'eau de source pétillante ou non, aromatisée aux agrumes si vous voulez une eau plate avec un peu de goût.

Mangez quand même comme un prince durant votre petit-déjeuner. Une bonne grosse ration de Corn Flakes avec pourquoi pas des fruits lyophilisés. Deux bonnes grosses tartines de brioche avec de la confiote et même avec du beurre.

OK, j'enfonce des portes coulissantes automatiques du vaisseau Enterprise, mais ça ne fait pas de mal de le rappeler.

Mais tout le monde n'a pas la chance de pouvoir rentrer chez soi pour manger et se concocter un déjeuner diététique. Ce n'est pas le cas si vous êtes un travailleur sédentaire à la COGIP.

Vous mangez le midi dans un Flunch, ou assimilé. Peu importe le nom. Avant toute chose : Vous voyez le buffet d'entrées ? Faites une croix dessus. Prenez un dessert, et une boisson avec un apport en sucres limité. Eau pétillante, eau plate, ou même… du cidre. Abordons le cas où il y a un buffet de légumes à volonté. Vous voyez ce que vous aurez réussi à prendre au premier coup de pince ? Eh bien, ça sera votre stricte quantité de légumes pour ce midi. Je m'en fous que vous n'en ayez pas pour votre argent au regard de la quantité que vous vous êtes servie. L'éventuelle viande qui accompagnera vos légumes apportera les protéines nécessaires. Peu importe si c'est une viande rouge ou une viande blanche. Pour Flunch, faites très attention aux steaks hachés surmontés d'une galette de pomme de terre (« California XL » et « Assiette Nevada ») ; ne prenez pas de frites ou de pommes noisettes dans ce cas-là, ça ferait trop de patate en une fois dans l'assiette.

Vous avez fini votre plat principal. Vous aurez très certainement encore faim pendant les premiers jours si vous appliquez ma méthode-à-ne-pas-suivre. Maintenant, posez-vous cette question : « OK, je sens que je peux encore avaler deux-trois trucs. Ce rab de légumes que je vais prendre est-il absolument nécessaire ? Ou est-ce que par "ne plus avoir faim", j'entends par là "juste se colmater la panse et éliminer cette sensation d'inachevé que mon cerveau me commande" ? ». Si vous répondez « non » à la première question et « oui » à la deuxième, félicitations, vous avez passé un premier cap. Passez au dessert. Refaites le même cheminement psychologique et le même manège le lendemain.

Ou alors, vous mangez dans une cafétéria et c'est le cuistot qui met lui-même la quantité de légumes. N'hésitez pas à dire « stop » s'il veut mettre une deuxième louchée dans votre assiette. Vous ne vexerez pas l'employé en face de vous. Au contraire : vous lui faites faire des économies bien que vous avez payé plein tarif. Refaites le même cheminement psychologique cité dans le paragraphe précédent.

Je vois déjà ce que vous me dites : « Euh, ouais, ça a quand même l'air vachement évident ce que tu nous dis là, de limiter nos quantités dans l'assiette le midi quitte à avoir une sensation de faim après le déjeuner et de limiter les sucres lents et rapides ». C'est vrai. Mais il y a aussi un gros travail d'auto-persuasion à faire avant et pendant le repas.

Et c'est là qu'entre en jeu le dernier volet de ma méthode : UN REPAS PLUS QU'ALLÉGÉ LE SOIR. Un biscuit diététique qui ne pèse pas plus de 25 grammes à l'unité. Un verre d'eau. C'est tout. La dernière sensation de faim devrait disparaître avec ce repas frugal. Pas de pâtes. Pas de salade. Pas de yaourt. Réservez ça pour le midi.

Bannissez les bonbecs. Bannissez les pizzas. Bannissez les sodas lourdement sucrés. Vous n'êtes pas allergique au gluten ? Bannissez ces saloperies de biscuits sans gluten ou le sucre compense l'absence de cet élément.

Bannissez les charcuteries. Ou alors en quantités microscopiques. Un pain de plus de 60-80 g à un repas est inutile.

Bannissez les Quick et McDo, trop gras et trop sucrés. KFC peut faire partie de cette méthode-à-ne-pas-suivre, à condition de prendre un burger assez petit et de remplacer les frites par une « cobette » (qui est un demi-épi de mais chaud).

Pesez-vous le matin, au réveil, après vous être déchargé de toute responsabilité sur le trône. Si vous avez un pèse-personne numérique avec la décimale des hectogrammes, faites-le chaque matin. Si vous avez suivi tout ce que j'ai fait plus haut, vous constaterez une légère décrue de votre masse en 24 heures. 400, 300, 200 ou même 100 grammes. Une paille, vous direz-vous. Maintenant, multipliez cette décrue par 7 et voyez le potentiel que vous pouvez perdre. Multipliez encore cette décrue par 4 et constatez.

Les bons jours, vous pouvez perdre jusqu'à 600 grammes en 24 heures. Les mauvais jours, vous reprendrez un peu parce que vous aurez fait un réveillon ou vous avez eu un dîner assez conséquent. Ce n'est pas grave. c'est même mieux de reprendre un peu pour pouvoir mieux perdre derrière.

Pour ma part, j'en suis à 8 kilos de perdus en 7 semaines depuis que j'ai commencé à avoir un tel régime alimentaire. Combinés à 3 kilos perdus en 3 mois pour cause d'état grippal. Et ce n'est pas fini comme dirait la greluche des pubs SFR.

Mais pourquoi je dis que ce n'est pas une méthode exemplaire ? Elle fera hurler n'importe quel nutritionniste digne de ce nom parce qu'elle s'appuie sur un régime en partie privatif. N'allez donc pas croire que cette méthode est l'alpha et l'oméga de l'amaigrissement.

La perte de 2 points d'IMC et d'une taille de vêtement (d'un XL presque XXL, je suis passé à un L presque M) n'est qu'un effet de bord agréable et ne constitue que la première partie d'un processus de perte de poids masse. La seconde partie, c'est bien évidemment l'exercice physique inévitable pour éviter l'effet de rebond qui peut survenir après un relâchement psychologique. Seulement, c'est mieux de faire du sport avec 10 kg en moins dans les pattes et mieux vaut préparer cela dans de bonnes conditions.

Pourquoi j'ai décidé de faire ce régime au fait ? Disons que le fait de s'être vu sur une estrade au mois d'avril 2014 après une convention de rétrogaming a accéléré les choses.
Posté à
16:35
 par YN_ - | Ma vie est fascinante
Lundi 29 Septembre 2014
Code de pro
J'ai codé un jeu pour l'AC 2014 pour PSP nommé Alice in: Pasta Crocket

Sauf que les cauchemars ne s'arretent pas là #trigic#
Ils continuent dans le code source #trigic#

En lisant ce pastebin, je certifie être en pleine possession de mes moyens mentaux et absous l'auteur de toute responsabilité en cas de hurlement primaire


(merci zeph smack smack)
Posté à
23:57
 par YN_ - | Pointless
Vendredi 15 Aout 2014
CD32
L'Amiga, c'est des trente-deux !

Posté à
17:18
 par YN_ - | Consommé
Samedi 19 Juillet 2014
C'est des I
Parce que le Philips CD-i, c'est pas que des jeux Zelda toupourris, c'est aussi du TF1 et du FMV injouable :

Posté à
15:53
 par YN_ - | Consommé
Jeudi 19 Décembre 2013
Goût Gueule Plaie
Une feature qu'elle est bien pour tous ceux qui ont un smartphone Android et qui abusent du Play Store : le choix de pouvoir facturer l'application avec la facture de son opérateur. Ça marche plutôt bien en France et ça permet de payer tout en un coup sans avoir à sortir sa carte bleue. Et si on a a plusieurs joujoux Android, ça permet d'avoir un appareil qui sert à faire les achats, et un autre sur lequel on peut profiter des jeux (Comme, je sais pas, une NVidia SHIELD).

Parfois, l'option « Facturer mon compte SFR/Orange/Bouigg » n'apparaît plus. Comment remédier à ce problème ?

1) Dans votre espace client de l'opérateur, vérifiez que vous avez autorisé les achats sur votre compte et qu'aucune limite de prix n'a été fixée.

2) Éteignez le téléphone. Éjectez et remettez la carte SIM. Rallumez le téléphone.

3) Éteignez le Wi-Fi pour être seulement connecté en 3G/H+/4G.

4) Allez dans les paramètres Android, puis dans le « gestionnaire d'applications ».

5) Allez dans l'onglet « Tout »

6) Cherchez les applications « Google Play Store » et « Service Google Play ». Appuyez sur « Forcer l'arrêt », « Supprimer les données », et « Vider le cache ». Pour chacune de ces applications.

7) Revenez à l'écran d'accueil et sélectionnez le Play Store.

8) Appuyez sur « Accepter »

9) Dans le Play Store, achetez une application payante (Oui, ça marche mieux). Vous devriez alors voir votre compte Google et en-dessous « Facturer mon compte SFR ». Si oui, le problème est réglé.

10) Si l'application est énorme (Du genre Modern Combat 4), réactivez le Wi-Fi.
Posté à
21:21
 par YN_ - | Trucs merveilleux

 RSS  - ©yNBlogs 2004

Login : - Mot de passe :