4648Close
NilOn the 2009-01-12 at 03:09pm
very (./46) :
De Napoléon à des auteurs de la french theory.

Bah clairement, Napoléon était un "bouseux" qui n'avait pas du tout de culture par rapport à l'élite de son époque. Il est d'ailleurs arrivé au pouvoir sur un malentendu (et parce qu'il voulait manger plus que ce qui lui était proposé au début).
very (./46) :
Il y a eu une école républicaine qui a (aussi, je ne remets pas en cause la reproduction sociale par l'école...) amené quelques modestes au sommet de la culture. Il y a eu une époque où on valorisait le savoir, où l'école était une chance et la réussite scolaire un idéal. Où les classes populaires y croyaient, en tout cas plus qu'aujourd'hui. Le fameux "ascenseur social".

Oui, mais quels étaient les acquis au bout des années obligatoires ? Quels étaient les connaissances des enfants scolarisés en zones agricoles ? Forcément, ça n'était que mieux vu qu'on venait du zéro absolu...
very (./46) :
t'arrêtais l'école à 12 ans, plus alphabétisé qu'aujourd'hui les élèves de 18

Je ne suis pas d'accord non plus, c'est clairement un mythe. Là aussi, va voir les archives scolaires des zones agricoles ou minières (qui représentaient la grande majorité des français), au lieu d'imaginer un idéal qui n'a aucune réalité avant les années 70.
very (./46) :
Pendant une bonne période, bon diplôme => assez cultivé. (même s'il y a toujours quelques cultivés pas diplômés du tout. ). C'est de moins en moins le cas. L'abrutissement de la société atteint l'élite.

very (./46) :
Bref, pour le coup, je trouve que t'as une vision binaire, un peu désespérante à tout dire, où la culture est seule possible dans les classes rentières. L'ancien monde contre le nouveau progressiste, qui doit se contenter de faire monter un pas aux gueux dans la pyramide des besoins...

Oh non, loin de là. Bien au contraire. Disons que je trouve insupportable le fait de dire "c'était mieux avant", alors que quand on compare deux à deux les programmes de physique, de chimie et de biologie, on se rend compte que les compétences acquises au niveau du bac sont largement au-dessus de ce qui se faisait dans le passé. Et ça fait (aussi) partie de la culture.
De la même façon, je suis persuadé que la culture pour tous est quelque chose de possible, mais uniquement dans un modèle où l'état (là, je suis en opposition avec tes idéaux) permet de s'affranchir de tout ce qui est de l'ordre du risque, au moins extérieur. Si l'état ne permet plus de régulation et de protection, alors on retombe dans un modèle de servitude, où la culture se développe mais uniquement pour une minorité.
J'ai au contraire l'impression qu'on est victime temporairement d'un mouvement très lent d'homogénéisation du niveau culturel (mais pas de la culture, nuance), qui a ses paliers et qui paraît, au moment où "tout le monde" a acquis un minimum de culture, abrutissant.