43464348Close
NilOn the 2019-09-26 at 03:29pm
Attention, je parle de logiciels de gravure musicale, pas de composition (même si on peut graver ses compositions ^^). Du coup, ça peut être pour faire des arrangements, de la copie, etc.

Zerosquare (./4344) :
Par exemple, Nil parle des profs de musique : ce sont certes des pros, mais le choix de leur logiciel de notation ne va pas changer beaucoup leur productivité (pour autant que ça ait un sens de parler de "productivité" pour ce type de profession). Idem pour les compositeurs amateurs/semi-pros.
En fait, l'outil qui était vraiment complexe et limité initialement aux graveurs/copistes est devenu beaucoup plus intuitif. Du coup, il peut être utilisé par les deux populations (qui n'en feront pas du tout le même usage ; typiquement je peux être un pixel-fucker et être attentif à tout un tas de détails... ou comme lorsque j'ai fait de la copie pour l'orchestre de Montpellier où il fallait un aspect irréprochable pour 80 parties différentes [je m'en souviendrai de cette presta à la con x_x]).

Tout ça pour dire que l'arrivée d'une solution concurrente libre de qualité a beaucoup bousculé l'écosystème (clairement, là où MuseScore va être un peu limité, c'est pour tout ce qui est les 5% qui sont inutiles dans 99% du temps : partitions de musique contemporaine, pas ou peu de plus-ins pour la gravure spécialisée pour la musique ancienne [à noter que, pour le marché de niche du chant grégorien, il y a essentiellement eu des outils libres et gratuits, dont DNCF]).