1

Avez-vous déjà vendu un projet personnel, ou dans votre entourage, avez-vous déjà été témoin d'une telle situation (Nil ?) ?
La question qui m'intéresse concerne le prix. Comment le fixer ?
avatar

2

Quel genre de projet ? Informatique ?
Quel type de client ?

Pour le prix, un moyen simple de se faire une idée : regarder comment se positionnent les concurrents.
avatarZeroblog

« Tout homme porte sur l'épaule gauche un singe et, sur l'épaule droite, un perroquet. » — Jean Cocteau
« Moi je cherche plus de logique non plus. C'est surement pour cela que j'apprécie les Ataris, ils sont aussi logiques que moi ! » — GT Turbo

3

Oui, il s'agit d'un logiciel informatique. Le client est un EPIC.
Le problème justement est qu'il n'existe pas de concurrence.

Pour aider, on peut peut-être partir du prix d'une licence d'utilisation.
Si on considère le prix x de la licence pour 5 ans, est-ce qu'on peut trouver une fonction de x qui donnerait le prix de propriété complète ?
La licence de 5 ans est limitée à un usage non commercial avec l'exclusivité dans un domaine exclusif. Le but pour le client est de pouvoir faire ce qu'il veut du logiciel, y compris dans un but commercial.
Le client possède déjà certaines parties du logiciel, ce qui rend la vente à un autre client presque impossible.
avatar

4

Il faut que le calcul de "rentabilité" inclue le temps passé à développer avec un ratio différent pour le dév spécifique à la demande de ce client.

(on suppose donc qu'il n'y a qu'un seul client)

soit :
a = temps dév x tjm normal + temps dév spécifiques x tjm deluxe
b = durée d'amortissement x prix de licence annuel x nombre de licence

du coup pour que ça soit rentable pour toi, il faut que B > A.

après, il y a des raisons pour augmenter ce tarif (exclusivité, support, maintenance, rebranding...) et d'autres pour le baisser (open source, paiement à l'avance, partenariat, etc...)
avatarWebmaster du site Ti-FRv3 (et aussi de DevLynx)
Si moins de monde enculait le système, alors celui ci aurait plus de mal à nous sortir de si grosses merdes !
"L'erreur humaine est humaine"©Nil (2006) // topics/6238-moved-jamais-jaurais-pense-faire-ca

5

Je pense pas qu'on puisse définir une valeur de x typique, parce que ça dépend de pas mal de choses, par exemple de quelle sera la dépréciation de la valeur du logiciel au cours du temps, et du bénéfice qu'ils pourront en tirer (directement ou indirectement, par exemple via le gain de productivité que ça leur apporte).

Si j'ai bien compris, ce serait une cession des droits intégrale (autrement dit ils n'auraient pas juste le droit d'utiliser le logiciel sans restrictions, mais également de le modifier et de le revendre) ?
Si c'est bien ça, je dirais que x est supérieur d'au moins un ordre de grandeur au prix de la licence limitée pour 5 ans. C'est vague, mais ça donne déjà un ordre d'idées.

Face à un EPIC, je te conseille vivement de te faire assister par quelqu'un maîtrisant bien les aspects juridiques, idéalement un avocat familiarisé avec les questions de propriété intellectuelle. Ça coûte de l'argent, mais pour un enjeu majeur comme celui-là, ça les vaut. Il ne faudrait pas que tu te fasses piéger par une clause dont tu n'aurais pas mesuré la portée.

(cross)
avatarZeroblog

« Tout homme porte sur l'épaule gauche un singe et, sur l'épaule droite, un perroquet. » — Jean Cocteau
« Moi je cherche plus de logique non plus. C'est surement pour cela que j'apprécie les Ataris, ils sont aussi logiques que moi ! » — GT Turbo

6

En effet, le prix de la licence limitée couvre déjà le coût de développement. Et la vente serait en l'état sans support (il y aurait un contrat spécifique pour l'assistance, les adaptations et modifications).
Donc le prix est compliqué à évaluer.

En tout cas, merci pour ces réponses. Demander conseil est probablement la meilleure chose à faire.
avatar

7

RHJPP (./6) :
En tout cas, merci pour ces réponses.
De rien ! Ça fera une clé USB, expédition à l'adresse habituelle. grin
avatarZeroblog

« Tout homme porte sur l'épaule gauche un singe et, sur l'épaule droite, un perroquet. » — Jean Cocteau
« Moi je cherche plus de logique non plus. C'est surement pour cela que j'apprécie les Ataris, ils sont aussi logiques que moi ! » — GT Turbo

8

C'est dur d'évaluer le juste prix (à part demander à Vincent Lagaf', bien sûr).
Tu peux te baser sur le temps que ça t'a demandé et le salaire horaire que tu estimes mériter (j'aurais tendance à prendre ça comme minimum).
Tu peux te baser sur ce que le client est prêt à payer.
Tu peux te baser sur ce que facturerais la concurrence, comme dit 0².
Tu peux te baser sur ce que ça « vaut » (le client peut être prêt à payer très cher un truc tout bidon mais qui lui sauve la vie et que tu as mis trop de temps à développer parce que tu ne maîtrisais pas les technos).

Autre chose importante : comment seras-tu payé ? Une entreprise ne peut pas payer un particulier : il faudra donc que tu montes ta structure ou que tu sois auto-entrepreneur (< 35k€/an) : ça veut dire que si tu peux mentalement diviser par deux le prix que tu factureras (charges et impôts divers et variés) pour avoir une idée de ce que tu auras net d'impôts.
avatar<<< Kernel Extremis©®™ >>> et Inventeur de la différence administratif/judiciaire ! (©Yoshi Noir)

<Vertyos> un poil plus mais elle suce bien quand même la mienne ^^
<Sabrina`> tinkiete flan c juste qu'ils sont jaloux que je te trouve aussi appétissant

9

./7 Impossible ! Ces clés appartiennent à mon employeur principal et je ne dois pas mélanger mes activités tongue

Je demanderai à ce qu'ils proposent un prix. On verra à partir de là.

flanker (./8) :
Autre chose importante : comment seras-tu payé ? Une entreprise ne peut pas payer un particulier : il faudra donc que tu montes ta structure ou que tu sois auto-entrepreneur (< 35k€/an) : ça veut dire que si tu peux mentalement diviser par deux le prix que tu factureras (charges et impôts divers et variés) pour avoir une idée de ce que tu auras net d'impôts.
Le régime de micro-entrepreneur a déjà été créé pour la vente de la licence, donc ce n'est pas un souci. Le plafond que tu donnes ne semble pas être le bon et n'a de toute façon pas trop d'importance. Il ne faut pas le dépasser pendant deux années consécutives pour pouvoir conserver le régime simplifié. La perte de la franchise de la TVA n'est pas un problème.
avatar

10

Si ça vous intéresse, pour l'instant on se dirige vers un prix de 2,5 * x plus un pourcentage sur les redevances touchées par l'EPIC en cas de commercialisation.
J'essaie encore de voir si je pourrai avoir une licence gratuite pour pouvoir proposer le logiciel à des acteurs des domaines autres que celui de l'EPIC.
avatar

11

C'est un peu étonnant :
- que le facteur multiplicatif soit aussi bas d'un côté
- qu'ils acceptent de payer une redevance de l'autre (ce qui veut dire implicitement que la cession des droits n'est pas complète)

Mais à moins que le client soir super efficace pour vendre le soft, j'aurais tendance à penser que c'est pas très avantageux pour vous. Après, je ne connais pas les détails de la situation.
avatarZeroblog

« Tout homme porte sur l'épaule gauche un singe et, sur l'épaule droite, un perroquet. » — Jean Cocteau
« Moi je cherche plus de logique non plus. C'est surement pour cela que j'apprécie les Ataris, ils sont aussi logiques que moi ! » — GT Turbo

12

Ouais, c'est parce que le coefficient est assez faible que j'ai demandé la redevance. Ils ne pouvaient pas plus. Il faut dire que la licence limitée était déjà assez onéreuse.
Il faut que le prix ne soit pas trop élevé pour qu'il ne soit pas plus avantageux pour eux de redévelopper le logiciel de leur côté.

Si ça t'intéresse, je peux donner des détails, mais en privé.
avatar

13

Je veux bien smile
avatarZeroblog

« Tout homme porte sur l'épaule gauche un singe et, sur l'épaule droite, un perroquet. » — Jean Cocteau
« Moi je cherche plus de logique non plus. C'est surement pour cela que j'apprécie les Ataris, ils sont aussi logiques que moi ! » — GT Turbo