1

Le titre, c'est : Par delà bien et le mal de Nietsche...
J'ai à faire une fiche de lecture : date, traduction,... et un résumé d'une des parties et malheureusement, j'ai un bac de LV2 à réviser et un TPE à finir...
Pourriez-vous me donner un coup de main pour le résumé d'une partie au choix ou me donner l'adresse d'un site sur lequel je pourrais le trouver?
Merci d'avance.

2

Non.

3

zrll> C'est chient ton flood systèmatique de tous les topics.

4

Chiant

5

oui, beaucoup

6

Bon, j'arrête alors...

7

Non, je suis très sérieux.

8

SOS!!!

mournmournmournmournmournmournmournmournmourn

9

ben... Nietzche il est ptet bien cool mais j'ai pas lu Par delà.. moisad

10

T'as rien trouvé sur google ????

11

Y'a peut-être qq trucs intéressant là (je l'ai pas lu) :


Un exemple de cette difficulté de l'analyse d'une pensée qui n'a pas été transposée en termes abstraits, se rencontre dans ce passage de "PAR DELA LE BIEN ET LE MAL" De Nietzsche , p.36-37

"Il y a encore d'inoffensifs habitués de l'introspection qui crient qu'il existe des "certitudes immédiates", par exemple "je pense" ou, comme c'était la croyance superstitieuse de Schopenhauer , "je veux"; comme si dans ce cas la connaissance réussissait à se saisir de son objet à l'état nu et pur, en tant que "chose en Soi", sans falsification du côté du sujet ni du côté de l'objet.

Mais la "certitude immédiate", comme la "connaissance absolue" ou la "chose en Soi" , contient une contradictio in adjecto, je le répéterai cent fois; il serait temps de se libérer de la duperie des mots. Le vulgaire, à la rigueur, peut bien croire que la connaissance consiste à connaître le fond des choses, mais le philosophe, lui, est bien obligé de se dire:

"Si j'analyse le processus exprimé dans cette phrase: je pense, j'obtiens une série d'affirmations téméraires qu'il est difficile et peut-être impossible de justifier; par exemple, que c'est moi qui pense, qu'il faut absolument que quelque chose pense, que la pensée est le résultat de l'activité d'un être conçu comme cause, qu'il y a un "je" enfin qu'on a établi d'avance ce qu'il faut entendre par penser, et que je sais ce que c'est que penser. Car si je n'avais pas tranché la question par avance et pour mon compte, comment pourrais-je juger qu'il ne s'agit pas plutôt d'un "vouloir" ou d'un "sentir"?

Bref, ce "je pense" suppose que je compare pour établir ce qu'il est, mon état présent avec d'autres états que j'ai observés en moi; vu qu'il me faut recourir à un "savoir" venu d'ailleurs, ce "je pense" n'a certainement pour moi aucune valeur de "certitude immédiate". Au lieu de cette "certitude immédiate" à laquelle le vulgaire peut croire, le cas échéant, le philosophe ne reçoit pour sa part qu'une poignée de problèmes métaphysiques, de véritables cas de conscience intellectuels, qui peuvent se formuler ainsi : Où suis-je allé chercher ma notion de "penser"? Pourquoi dois-je croire encore à la cause et à l'effet? Qu'est-ce qui me donne le droit de parler d'un "je" et d'un "je" qui soit une cause, et pour comble, cause de la pensée? Celui qui ose répondre immédiatement à ces questions métaphysiques en invoquant une sorte d'intuition de la connaissance, comme on le fait quand on dit "Je pense et je sais que cela au moins est vrai, réel, certain" celui-là ne rencontrera chez le philosophe d'aujourd'hui qu'un sourire et une double interrogation : "Monsieur, lui donnera-t-on peut-être à entendre, il est invraisemblable que vous ne vous trompiez point; mais pourquoi est-ce à tout prix la vérité qu'il vous faut? "?"

Si l'on parle de la superstition des logiciens, je ne me lasserai jamais de souligner un petit fait très bref que les gens atteints de cette superstition n'aiment guère avouer; c'est à savoir qu'une pensée vient quand "elle" veut et non quand "je" veux, en telle sorte que c'est falsifier les faits que de dire que le sujet "je" est la détermination du verbe "pense". Quelque chose pense, mais que ce soit justement ce vieil et illustre "je", ce n'est là, pour le dire en termes modérés, qu'une hypothèse, une allégation; surtout ce n'est pas une "certitudes immédiates". Enfin c'est déjà trop dire que d'affirmer que quelque chose pense, ce "quelque chose " contient déjà une interprétation du processus lui-même. On raisonne selon la routine grammaticale: "penser" est une action, toute action suppose un sujet actif, donc... C'est par un raisonnement analogue que l'atomisme ancien plaçait à l'origine de la "force agissante" la parcelle de matière où réside cette force et à partir de laquelle elle agit, l'atome; des esprits plus rigoureux ont fini par apprendre à se passer de ce dernier "résidu terrestre ", et peut-être arrivera-t-on un jour, même chez les logiciens, à se passer de ce petit "quelque chose", résidu qu'a laissé en s'évaporant le brave vieux "moi"

12

j'adore

13

Je vais le lire alors.

14

J'ai trouvé sur altavista...Je vous remercie qd même...smile

15

moi jaide pas les lamerZ grin

16

meuh nan... c ton pote de masséna gringringrin

surtt qu'il aurait du poster ça dans Lycée mais bon... tongue