1

511837.jpg

Date de sortie 25 février 2015 (1h59min)
Réalisé par Alejandro González Iñárritu
Avec Michael Keaton, Zach Galifianakis, Edward Norton plus
Genre Comédie , Drame
Nationalité Américain

À l’époque où il incarnait un célèbre super-héros, Riggan Thomson était mondialement connu. Mais de cette célébrité il ne reste plus grand-chose, et il tente aujourd’hui de monter une pièce de théâtre à Broadway dans l’espoir de renouer avec sa gloire perdue. Durant les quelques jours qui précèdent la première, il va devoir tout affronter : sa famille et ses proches, son passé, ses rêves et son ego…
S’il s’en sort, le rideau a une chance de s’ouvrir...


Que dire, à part qu'il fait partie de mes films préférés, à peine encore en salles.

C'est un hymne à New-York, c'est totalement secondaire, mais c'est là.
New-York un peu en dehors des Etats-Unis, New-York de Broadway l'arrogante, face au cinéma pop-corn, mais sans pour autant tomber dans un manichéisme ciné-grand-public VS théâtre-véritable Art.

Michal Keaton est fabuleux (et j'étais plutôt sur un préjugé négatif), la réalisation est folle, avec un simili-plan-unique tout au long du film.

J'ai compté par moins de 8 ou 9 sujets abordés dans le film (bien sûr, la question de la santé mentale).

Je ne sais pas trop quoi rajouter en dehors du fait qu'il vaut le coup d'être visionné, même si je peux concevoir qu'il ne conviendra pas à tout le monde.

Grand kif, pour ma part.
avatarSlammeur (qu'on voit danser, le long des golfes clairs).
Mon blog qui parle de jeux-vidéo

2

montreuillois (./1) :
...avec un simili-plan-unique tout au long du film...

J'ai trouvé ça très impressionnant au début du film, mais après on peut quand même deviner les raccords. C'est un faux plan séquence, comme le début de Snake Eyes. smile

Le dernier plan du film me laisse malgré tout dubitatif.
Avec les derniers événements du film, on peut penser que Riggan est fou. Mais lorsque sa fille Sam lève les yeux à la fenêtre, comme s'il s'était envolé, ça fout toute cette théorie par terre... Ou alors elle est folle aussi, ce qui n'est pas non plus impossible. grin

3

La toute dernière scène m'a, moi aussi, un peu laissé dans le doute quand même...
avatar@originalfei
In pixels we trust.
ORE WO DARE DA TO OMOTTE YAGARU !

4

Iceman RGC (./2) :
montreuillois (./1) :
...avec un simili-plan-unique tout au long du film...

J'ai trouvé ça très impressionnant au début du film, mais après on peut quand même deviner les raccords. C'est un faux plan séquence, comme le début de Snake Eyes. smile.gif?53
Bien sûr que c'est un faux plan-séquence. On pouvait le remarquer même sans que les raccords n'aient été visibles. On passe plusieurs fois du jour à la nuit pendant la durée du film.
Au début, on trouve que c'est pas mal, que c'est travaillé, et puis finalement, on ne regarde plus que ça. Ça n'apporte pas grand-chose et ça détourne l'attention.

J'ai trouvé le film assez bof. La fin a surement été faite pour étonner (avec la coupure du plan-séquence qui fait croire que c'est terminé). Il n'y a aucune logique à chercher, il n'y en a pas et c'est volontaire.
avatar

5

Oui moi le "plan séquence" j'ai trouvé ça génial ... Jusqu'à ce que ça me travaille trop pendant que je regardais le film.
Mais ça restait quand même agréable à voir smile
avatar@originalfei
In pixels we trust.
ORE WO DARE DA TO OMOTTE YAGARU !

6

Fei (./3) :
La toute dernière scène m'a, moi aussi, un peu laissé dans le doute quand même...

Je pense que c'est le but aussi... nous laisser, nous, entre ces 2 réalités (un peu comme lui).
avatarSlammeur (qu'on voit danser, le long des golfes clairs).
Mon blog qui parle de jeux-vidéo