Vous voici crashé sur une planète inconnue, sauvé par votre capsule de survie qui vous a expulsé de l'énorme vaisseau spatiale colon qui a connu des avaries à proximité.
Après avoir repris vos esprits, vous sortez de la capsule, pour découvrir... de l'eau. Une étendue d'eau à perte de vue, si ce n'est la carcasse encore fumante du vaisseau.
Un petit plongeon vous permettra cependant de découvrir que non seulement votre zone est en eau peu profonde, mais que cette planète regorge d'un riche écosystème, une faune et flore omniprésentes qui chatoient de mille couleurs. Oui, Subnautica est beau, vraiment très beau à visiter.

Allons-y, adepte de Minecraft, Ark, et autres jeux de survie. A l'aide des quelques outils disponibles dans la capsule et des ressources que vous allez tirer de la mer, il vous faudra construire du matériel pour exploiter la mer, du véhicule pour explorer les environs, ou même une base sous-marine pour trouver un semblant de paix.
Subnautica vous met les pieds dans le plat. A vous d'explorer, découvrir votre environnement grâce à un codex intégré, aller à la rencontre de messages de détresse envoyés par d'autres occupants du vaisseau en perdition, dans l'espoir de mettre fin à ce terrible sentiment de solitude qui vous occupe durant la partie.
Pourrez-vous survivre à cet environnement ? pourrez-vous quitter cette planète ? du bon matériel demande de bons matériaux, et ces matériaux tels l'or, le lithium, le diamant, se trouvent en profondeur... on peut descendre à plus d'un kilomètre de profondeur à certains endroits. Et manque de chances, on y trouve des créatures pas forcément amicales et surtout gargantuesques. Comme si ça ne suffisait pas d'avoir à trouver au quotidien à boire et à manger, sans oublier de soigner ses bobos. Et encore, dans les autres jeux de survie on ne craint pas d'aller en profondeur dans des grottes sans se demander si on aura assez d'énergie ou d'oxygène pour faire le retour.

Issu d'un Kickstarter, long Early Access, Subnautica est aujourd'hui complet, presque bug-free désormais, et entièrement scénarisé. La génération aléatoire des biomes qui vous entoure et plusieurs modes de jeux assurent une certaine rejouabilité au titre. La difficulté est correcte, mais le jeu est exigeant. Evitez de consulter des soluces, ça gâcherait tout le plaisir. Gardez juste en tête que si le jeu vous guide dans des zones particulières (par message radio), c'est qu'il y a sans doute plus que votre objectif dans la zone à récupérer ou explorer.
Mais surtout... c'est bien le premier jeu qui me crie dans les oreilles d'acheter un casque VR. On comprend de suite, en explorant les fonds marins, l'expérience remarquable que cela doit être d'aller ainsi nager parmi les poissons.
avatar« Nous avons propagé sur Extranet une histoire fabriquée de toutes pièces selon laquelle une certaine disposition d'étoiles, vue depuis la planète d'origine des butariens, formaient le visage d'une déesse galarienne.
Sans chercher à vérifier ces informations, certains ont décrété que c'était la preuve de l'existence de la déesse. Ceux qui notaient le manque de preuves se faisaient attaquer. »

Legion, geth trolleur à portée galactique
Ah ça fait un moment que je lorgne sur celui-là, les jeux qui exploitent le monde sous-marin sont rares et j'avais bien envie d'essayer, mais j'avais peur que ce soit rapidement très répétitif. Tu y as joué combien de temps et est-ce qu'il a assez de renouveau dans les découvertes pour ne pas se lasser au boulot d'une petite poignée d'heures ?
avatarAll right. Keep doing whatever it is you think you're doing.
------------------------------------------
Besoin d'aide sur le site ? Essayez par ici :)
J'ai passé une trentaine d'heures dessus pour finir ma première partie. Les suivantes suivent le même fil scénaristique, les biomes sont les mêmes, mais ils sont construits aléatoirement, ce qui donne un peu de renouvellement (et on s'y replonge avec plaisir, sans jeu de mot).
Améliorer son équipement, ses technologies, permet de se rendre dans des endroits plus profonds, plus dangereux, ce qui permet une découverte constante dans le jeu. Il y a parfois le fait de chercher des fragments pour créer du nouveau matériel qui peut être un peu longuet par moment, ou l'impression d'être dans une impasse, le jeu ne disant pas où aller.
Dans les deux cas, je reviens sur ce que j'ai dit : il s'agit d'explorer les zones "signaux de détresse" de nouveau, bien visiter les alentours. Je me souviens d'avoir été perdu pendant un moment, et je reviens sur un ancien endroit. Je remarque alors bêtement, en me retournant, l'entrée d'une immense grotte que je n'avais pas remarqué avant (un gros-gros poisson était arrivé lors de ma première visite, je n'avais donc pas demandé mon reste), alors que cette grotte renfermait des éléments pour avancer dans l'histoire.

Est-ce répétitif ? disons que c'est répétitif comme un Minecraft. Exploration, construction, choix artistiques. On refait toujours un peu la même chose, mais on s'en amuse au final. Et contrairement à Minecraft, il y a un vrai scénario à suivre.
Le jeu fait intervenir régulièrement des événements pour simuler l'exploration, et éviter l'ennui. A d'autres moments, le jeu attend qu'on fasse quelque chose de particulier (construire un nouvel élément spécifique par exemple) pour ouvrir la suite, donc tout dépend de nous aussi.

Mais plus que je ne l'ai jamais senti dans un autre survival-game, c'est la sensation de solitude en cours de partie, quand on se trouve à des profondeurs insondables, et que la carcasse du vaisseau est un éternel rappel que nous sommes l'intrus ici, l'indésirable, et d'une certaine manière (pas de spoiler), l'écosystème tente de contre-attaquer contre cet étranger.

Il y a une bonne communauté, un mode créatif comme un mode hardcore (une seule vie), des mods autour du jeu... je recommande fortement de jouer une première partie en survie classique, sans mods, et redécouvrir que plus tard le jeu avec d'autres éléments.
avatar« Nous avons propagé sur Extranet une histoire fabriquée de toutes pièces selon laquelle une certaine disposition d'étoiles, vue depuis la planète d'origine des butariens, formaient le visage d'une déesse galarienne.
Sans chercher à vérifier ces informations, certains ont décrété que c'était la preuve de l'existence de la déesse. Ceux qui notaient le manque de preuves se faisaient attaquer. »

Legion, geth trolleur à portée galactique
OK merci, je crois que je vais finir par céder smile
avatarAll right. Keep doing whatever it is you think you're doing.
------------------------------------------
Besoin d'aide sur le site ? Essayez par ici :)