1

En gros fan du comic, j'ai attendu cette série pendant des mois suite à son annonce.

une-serie-the-boys-696x366.jpg

Alors déjà, il y a beaucoup de différences avec le comic, j'en parlerai à la fin.

Dans une Amérique contemporaine mais uchronique, les supers-héros sont une réalité. Présents par centaines et exclusifs aux Etats-Unis (pour autant que la S1 en dit), les "supes" sont plus que les défendeurs du citoyen : ils sont un énorme business rapportant des milliards à la puissante société Vought à travers comics, films, et tout autre support possible (bref, comme chez nous).
Et au sommet de tous ces supers règnent les "Seven", sept héros inspirés de la Ligue de Justice de DC qui sont de loin les plus populaires et les plus puissants.

Dans ce monde fantastique, le jeune Hughie voit sa petite-amie mourir accidentellement devant ses yeux à cause d'un supe. Il est alors recruté par un dénommé Butcher, lui montrant que des milliers d'incidents similaires causés par les supes sont ainsi dissimulés chaque année, et que les glorieux défenseurs de la veuve et l'orphelin restent malgré tout très humains... surtout quand il s'agit de voir en leurs pouvoirs et leur popularité un moyen d'en tirer des profits personnels et de se sentir au-dessus des lois et de la morale. Et face à cela, Billy Butcher (re)forme une équipe indépendante, "The Boys", afin de profiter de la moindre faiblesse des Seven et de Vought pour faire chuter tout ce qu'ils représentent.



J'ai beaucoup de mal à donner un avis objectif sur cette série. Comme j'ai dit, je suis très fan des comics, et le comic est très différent sur les personnages, le design de la plupart, la trame principale...
La série a reçu beaucoup d'avis positifs, voire très positifs. Je ne sais pas combien ces avis peuvent être objectifs sur la qualité de la série, ou être influencés par un ras-le-bol compréhensible du thème du super-héroïsme, Disney en tête qui sort tant de films de supers que ça en devient écoeurant.
Car ici, pas "d'anti-héros" classique où l'on a un héros un peu salopard ou taquin (Deadpool, Venom), ou le classique connard hautain (Iron Man, Spiderman). Les supers sont, pour la plupart, vraiment des connards : assassins, violeurs, hypocrites, plus motivés par leurs intérêts que par la vie humaine.

Pour autant, la série réussit ainsi à se démarquer. Propos durs et violence graphique, éloge sarcastique à l'Amérique blanche, chrétienne et capitaliste, situations suréalistes où l'on est aussi perdu que nos Boys sur ce qui se passe... ça se regarde, et ça peut mettre un sacré coup dans la tête.
Ah, et la bande-son est énorme, que des tubes dont c'est une vraie torture d'être coupés en court de route au terme d'une scène.

Maintenant, pour qui aurait regardé la série mais pas le comic, quelques différences majeures qui expliquent combien les histoires sont différentes :

Dans la série, les boys rencontrent "la femelle" durant leur enquête. Dans le comic, la femelle est un personnage déjà présent dans l'équipe quand Hughie est recruté.
Dans la série, les boys agissent indépendamment, sans autre but apparent que par esprit de vengeance. Dans le comic, ils sont financés et soutenus, en secret, par la CIA. L'équipe a pour mission de calmer les ardeurs de Vought en tabassant du supers qui sort des clous pour éloigner la compagnie de ses désirs de faire entrer les supers dans le budget de la Défense Nationale en tant qu'arme. Ce qui est présent dans la série, mais la CIA ne fait rien contre ça.
Dans la série, les boys sont des hommes utilisant leur intelligence et leurs armes à feu, à l'exception de la femelle, pour mener leur mission. Dans le comic, les boys sont tous boostés par une dérive du Compound V, leur donnant plus de force et d'endurance qu'environ 80% des supers existants, mais n'ont pas de pouvoirs particuliers. Hughie est boosté peu après son recrutement. Les boys sont ainsi souvent au contact avec les supers, au corps à corps. Ils ont les moyens (force + entraînement d'ex-soldats, face à des supers qui n'ont pas le second), ce qui leur donne la possibilité d'agir avec un côté menaçant tels des flics en pleine descente.
Dans la série, le Homelander a une relation déviante avec sa patronne, y projetant un complexe d'OEdipe. Dans le comic, leur superviseur est un homme très terre à terre qui garde toujours la tête étonnement froide, et le Homelander a une relation tout aussi conflictuelle avec ce patron dont il cherche à l'impressionner par tous les moyens.
avatar« Nous avons propagé sur Extranet une histoire fabriquée de toutes pièces selon laquelle une certaine disposition d'étoiles, vue depuis la planète d'origine des butariens, formaient le visage d'une déesse galarienne.
Sans chercher à vérifier ces informations, certains ont décrété que c'était la preuve de l'existence de la déesse. Ceux qui notaient le manque de preuves se faisaient attaquer. »

Legion, geth trolleur à portée galactique