1230

1231

article completement populiste: plus personne n'utilise black&scholes
avatarI'm on a boat motherfucker, don't you ever forget

1232

Merci (pour de vrai) de l'éclairage cheeky
avatar

1233

ah du coup ça me donne envie de défendre cet article

1234

je t'en prie
avatarI'm on a boat motherfucker, don't you ever forget

1235

Hippo > L'amour du troll te perdra grin
avatar

1236

Pour preciser ma pensee, c'est vraiment trop facile d'accuser les modeles mathematiques.

Le fait est qu'il y a une demande de produits financiers plus ou moins complexes. Ces produits ont un prix, dont il est effectivement illusoire de pretendre connaitre la valeur exacte. Maintenant il faut bien se rendre compte que le fait que le juste prix d'un bien ou d'un service ne soit pas connu de maniere exacte n'a jamais empeche les agents economiques de les acheter ou de les vendre (merci a la loi de l'offre et de la demande). C'est pour ca que les modeles mathematiques utilises dans le pricing des produits financiers, meme imparfaits, sont tout de meme utiles: ils ne pretendent pas detenir la verite, simplement ils donnent quand meme des informations interessantes comme une approximation de la valeur reelle d'un contrat et un moyen de couvrir plus ou moins bien les risques lies a ce contrat. Par ailleurs, les gens qui utilisent ces modeles sont la plupart du temps conscients de leurs limitations et des hypotheses sous tendant leur validite (s'ils ne le sont pas, je suis d'accord que c'est dangereux). Et critiquer un modele sans en proposer de meilleur, c'est environ completement useless.

Par exemple, beaucoup de gens critiquent l'hypothese d'absence d'arbitrages utilisee par quasiment tous les modeles financiers comme etant fausse. Je suis d'accord qu'elle n'est pas toujours verifiee. Maintenant, cette hypothese a quand meme une propriete interessante, qui est qu'une entite qui utilise cette hypothese dans son pricing empeche l'arbitrage de ses propres prix (ce serait embetant si (pour prendre un exemple debile) une banque vendait l'action X moins cher qu'elle ne l'achetait). En l'absence de meilleure proposition, je ne vois pas pourquoi abandonner cette hypothese.

Dire que les modeles mathematiques sont responsables des crises financieres, c'est bruler un homme de paille.
avatarI'm on a boat motherfucker, don't you ever forget

1237

Tu as conscience que c'est n'importe quoi, au moins?

Bon j'espère que j'aurai le temps de pavétiser là dessus ; ptet que ça attendra les vacances

1238

Bah c'est dire que les choses comme elles sont sont bien, et on a eu la preuve que c'est pas vraiment le cas...
avatar"- Nigga you know what the fuck I want, nigga: I want your motherfuckin' Daytons, and your motherfuckin' stereo! And I'll take a double burger with cheese!
- WHUT?"
I LOVE TO HATE/I HATE YOUR LOVE -AND I CAN'T FEEL AFFECTION FOR PEOPLE LIKE YOU!
CAALGOOONNNNN [TELLMESOMETHINGIDONTKNOWSHOWMESOMETHINGICANTUSEPUSHTHEBUTTONSCONNECTTHEGODDAMNDOTS] (Si Dieu existe il doit me détester...)

1239

Non, c'est dire que les choses comme elles sont sont foireuses indépendamment du modèle mathématique utilisé, ou en d'autres termes que changer de modèle mathématique pour quelque chose de « meilleur » ou de plus réaliste, ou éventuellement pour rien du tout pourquoi pas, ne va pas magiquement rendre le système plus sain.

Bon alors peut-être que les modèles mathématiques font office de doudou rassurant en donnant l'illusion qu'il y a un peu de rationalité quelque part dans tout ça, mais à mon avis ils ne sont pas une condition nécessaire pour que les gens fassent n'importe quoi ; sans eux ils trouveraient autre chose. Ils ont des pépettes qui leur brillent devant les yeux, et rien de tel pour annihiler les capacités de jugement et l'esprit critique, le reste est accessoire.

Edit : ceci dit c'est vrai que les prémisses de moumou sont fausses (j'avais lu juste la conclusion, avec laquelle je suis d'accord trioui), enfin « il y a une demande de produits financiers blabla » est à moitié vrai, c'est-à-dire qu'il n'y aurait pas de demande dans l'absolu mais qu'à partir du moment où ces produits sont proposés il va y avoir des demandeurs (comme pour les machines à sous) ; par contre « ces produits ont un prix » ne veut rien dire (dans le contexte).
Tu peux définir le prix de n'importe quoi qui est à vendre, c'est la somme que tu demandes en échange, mais évidemment tu connais sa valeur exacte, donc ici ce n'est pas de ça qu'il s'agit. L'idée sous-jacente semble être que ces produits auraient une espèce de valeur intrinsèque, un « juste prix » inconnaissable mais qu'on essaye d'approcher en faisant des maths dans le vide, ce qui me semble pour le moins grotesque. Autant dire qu'il y a un monstre spaghetti géant qui décide combien ça vaut et qu'on essaye de le deviner en spéculant sur sa psychologie.

Ou alors qu'on me définisse ce qu'est ce juste prix et qu'on me prouve qu'il existe.
avatar« Le bonheur, c'est une carte de bibliothèque ! » — The gostak distims the doshes.
Membrane fondatrice de la confrérie des artistes flous.
L'univers est-il un dodécaèdre de Poincaré ?
(``·\ powaaaaaaaaa ! #love#

1240

hmm oui voilà.
Je dirais que dans ce discours il y a tout plein d'hypothèses sous entendues, qui constituent un programme, et l'acceptation silencieuse de ces sous entendus nous priverait de la possibilité de contester ce programme.

1241

Un point important étant que ces hypothèses ne sont pas de simples hypothèses descriptives, mais ont aussi une valeur prescriptive.
Le marché (néo)classique (pour dire les choses vite) n'est pas seulement décrit par la théorie (néo)classique, il est aussi construit par elle.

1242

sally> remplace un prix par un majorant et un minorant si tu veux (c'est comme ca que ca se passe en pratique, cf le bid et l'ask). Clairement la valeur d'a peu pres n'importe quel contrat est bornee. Les modeles mathematiques permettent juste d'affiner l'encadrement. Et le prix est mathematiquement pas trop mal defini, c'est tout simplement l'esperance du payoff du contrat (a quelques details pres, mais c'est pas la peine de rentrer dans les details). On peut aussi le definir alternativement par 1) le prix que ca couterait de repliquer le contrat avec des produits financiers plus simples (le prix de deux choses equivalentes est le meme, normal) ou 2) le prix que quelqu'un d'autre serait pret a payer pour te racheter le contrat (loi de l'offre et de la demande toute bete).

bon et c'est pas vrai qu'il y aurait pas de demande dans l'absolu. Je vais pas refaire le cours de base sur l'utilite des contrats a terme, mais bon c'est assez classique.
avatarI'm on a boat motherfucker, don't you ever forget

1243

#jargon#
avatar« Le bonheur, c'est une carte de bibliothèque ! » — The gostak distims the doshes.
Membrane fondatrice de la confrérie des artistes flous.
L'univers est-il un dodécaèdre de Poincaré ?
(``·\ powaaaaaaaaa ! #love#

1244

http://www.wired.com/techbiz/it/magazine/17-03/wp_quant?currentPage=all

voila un article avec un peu plus de substance

(d'ailleurs, vous trouvez pas que la presse francaise, c'est vraiment de la daube? vous faites quoi quand vous voulez lire des trucs un minimum plus interessants que le trio maudit lemonde.fr/libe.fr/lefigaro.fr? a part dans les blogs ou de rares magazines a parution infrequente y a vraiment extremement peu de bons articles de fond je trouve. dans le reste du monde on trouve des vrais bons articles dans des quotidiens, mais chez nous ca n'existe quasiment pas, pourquoi?)
avatarI'm on a boat motherfucker, don't you ever forget

1245

Je lis le monde diplomatique (mais oui c'est mensuel, mais bon je suis pas très « quotidien », c'est pas mon truc de lire le journal tous les jours, c'est trop rapide pour moi comme rythme. Quand je veux des nouvelles fraîches j'écoute la radio, ou bien je regarde vaguement les dépêches d'agence)
avatar« Le bonheur, c'est une carte de bibliothèque ! » — The gostak distims the doshes.
Membrane fondatrice de la confrérie des artistes flous.
L'univers est-il un dodécaèdre de Poincaré ?
(``·\ powaaaaaaaaa ! #love#

1246

J'allais dire "le Monde diplo" cheeky. Sinon, la presse quotidienne est clairement mauvaise sur les articles de fond. La presse hebdo est souvent trop racoleuse sur ses "dossiers" (même si j'aimais bien Marianne pour le côté provoc, ils ne coupent pas à ce travers).

Sinon, je connais mal les "autres pays du monde" au niveau journaux, mais j'ai souvenir qu'en Angleterre, il manque justement le créneau du Monde : une information de qualité raisonnable, accessible à un public assez large. Il y a une presse de merde et une presse plus élitiste (centrée sur la finance). Mais bon, je te parle d'un ressenti (déjà !) qui commence à dater.
Pour l'Allemagne, j'avais l'impression que ça ressemblait pas mal au niveau français (mais je suis aujourd'hui incapable de lire un article allemand, donc même constant que précédemment).
avatar

1247

bah en angleterre y a au moins le guardian et le times. Meme the independent n'est parfois pas trop mauvais
le ft et the economist (ok lui c'est un hebdomadaire) sont orientes economie mais neanmoins avec de bonnes analyses sur des sujets divers.
avatarI'm on a boat motherfucker, don't you ever forget

1248

Sinon ici je lis le herald de temps à autre et c'est à peu près tout (enfin j'ai dû ouvrir le guardian et l'independent une paire de fois)
Mais euh le Monde, « accessible à un public assez large » ? toutes les dernières fois que je l'ai ouvert, j'ai fini par me demander à quel public ce journal pouvait bien s'adresser, justement... ça m'a semblé totalement déconnecté des préoccupations qu'on peut avoir, et je n'ai pas compris qui ça pouvait intéresser (et quand tu te plains que les journaux britanniques sont centrés sur la finance, tu as vu le nombre de pages économie/finances du monde ? il en a autant qu'eux, par contre le problème c'est qu'il a moins d'autres pages à côté...)
avatar« Le bonheur, c'est une carte de bibliothèque ! » — The gostak distims the doshes.
Membrane fondatrice de la confrérie des artistes flous.
L'univers est-il un dodécaèdre de Poincaré ?
(``·\ powaaaaaaaaa ! #love#

1249

Ah ? J'ai jamais eu cette impression, peut être parce que je saute les pages "finance" cheeky
avatar

1250

Ben moi aussi je les enlève, mais ça fait un peu la moitié du journal
avatar« Le bonheur, c'est une carte de bibliothèque ! » — The gostak distims the doshes.
Membrane fondatrice de la confrérie des artistes flous.
L'univers est-il un dodécaèdre de Poincaré ?
(``·\ powaaaaaaaaa ! #love#

1251

toujours sur le meme sujet: http://www.wilmott.com/blogs/eman/index.cfm/2009/1/8/The-Financial-Modelers-Manifesto

j'attends avec impatience le pave promis
avatarI'm on a boat motherfucker, don't you ever forget

1252

damnvoid (./1236) :
Dire que les modeles mathematiques sont responsables des crises financieres, c'est bruler un homme de paille.
Alors faisons-le, car c'est aujourd'hui le 5 novembre love ! (j'adore leurs fêtes débiles dans ce pays trilove)
avatar« Le bonheur, c'est une carte de bibliothèque ! » — The gostak distims the doshes.
Membrane fondatrice de la confrérie des artistes flous.
L'univers est-il un dodécaèdre de Poincaré ?
(``·\ powaaaaaaaaa ! #love#

1253

Pôv Guy !
avatar

1254

Pourquoi la théorie de l'équilibre général a une aussi grande place en économie alors que ça n'a strictement aucun intérêt?

1255

1256

Ben non puisque ça mène à rien et ça empêche de penser correctement moultes notions économiques

1257

Je reviens dans 12 poly et 5 ppt (ça tombe bien j'ai exam demain grin)

1258

La TEG est une imposture aussi bien théorique (mathématiquement c'est faux) que pratique (hypothèses irréalistes, temps de convergence infini, etc...). Mais au fond les économistes (même pas hétérodoxes) le savent. Un économiste raisonnablement ouvert admettra sans peine les défaillances multiples du modèles et détaillera comment lui et ses collègues s'ingénient à rajouter des cycles et des épicycles au cœur théorique foireux. Plus personne n'a foi en la TEG et pourtant elle est plus que jamais omniprésente.

Car aussi fausse soit-elle, la théorie de l'équilibre général, ou du moins la façon particulière de penser qu'on trouve en TEG, en est venue à s'identifier à la science économique elle-même (en tout cas dans sa version néoclassique).
Il y a là un phénomène de fausse croyance que l'épistémologie et la sociologie des sciences auront à approfondir. Impossible changement de paradigme (en l'absence d'alternative), goût pour le jeu abstrait (scientisme), tentation d'un modèle complet et facile où on peut faire des calculs explicites (on préfère chercher ses clefs sous le lampadaire - elles ont toutes les chances d'être perdues ailleurs mais au moins il y a de la lumière)....


Résultat : les impensés de la TEG imprègnent toute l'économie dominante. Et 50% des papiers publiés, 90% des études de politique économique se placent dans le cadre de l'équilibre général. La science économique est dans un état misérable.

- La TEG est incapable de penser la monnaie.
Ça c'est une très vieille tare de l'économie (néo)classique, qui évacue le problème en posant que la monnaie n'est un voile, qu'au fond on n'échange que des marchandises.
Walras méprise la question avec un sophisme mathématique du style : si la situation générale est celle de l'équilibre, si n-1 marchés sont en équilibre, alors forcément le n-ième marché, celui de la monnaie, est lui aussi en équilibre et il n'y a pas lieu de lui accorder une attention particulière.

- Plus généralement la TEG est incapable de penser l'incertitude et le temps, qui sont les maîtres concepts derrière la monnaie et le comportement des acteurs.

- Plus étonnant et paradoxal, la TEG est incapable de penser le marché. Car le "marché" de Walras n'a qu'un rapport fort lointain avec le fonctionnement d'un marché réel.

1259

Tu ne devrait pas utiliser le terme TEG qui est aussi valable (et tres souvent utilisé) pour Taux Effectif Global, qui est lui aussi une belle merde en realitée
avatarProud to be CAKE©®™


GCC4TI importe qui a problème en Autriche, pour l'UE plus et une encore de correspours nucléaire, ce n'est pas ytre d'instérier. L'état très même contraire, toujours reconstruire un pouvoir une choyer d'aucrée de compris le plus mite de genre, ce n'est pas moins)
Stalin est l'élection de la langie.

1260

Et en deux mots, c'est quoi cette théorie ?
avatar« Le bonheur, c'est une carte de bibliothèque ! » — The gostak distims the doshes.
Membrane fondatrice de la confrérie des artistes flous.
L'univers est-il un dodécaèdre de Poincaré ?
(``·\ powaaaaaaaaa ! #love#