300

PUTAIN MAIS ARRETEZ DE CHECHER DES COUPABLES !

Merde ! J'appuie a 100% ceux qui ne sont pas allez voter dimanche... si personne leur plait pkoi voter ? D'autant que les votes blancs ne sont pas comptabilisés...
En plus on en est nulle part, Lepen n'a pas fais bcp plus que ya 7 ans et il a été trés calme pour rafler le plus large possible... Je ne suis ni étonné, ni inquiet du score de Lepen ! On a jusye vu une gauche trés divisée et voila... rien d'étonnant...

Non ce qui me choque le plus c'esst chirac au second tour ! Comment il pu faire 20% ? Comment peut on etre debile au point de voter chirac ?

301

oué !
L'internationale sera le genre humain ! embarrassed

302

Je viens d'apprendre les résultat de mon vilage c'est marrant:
président Saint-Jossegrin
et se qui rassure: juste une voix pour LePen et 2 pour Maigret!

303

lepen ne passera pas au 2e tour, ca ne lui arrivera jamais, maxi 20 % pour lui ! Lepen prend toi ca vtff

sinon je pense pas que la cohabitation soit la meilleure chose a faire, ca bloque tout, la france n'avance pas dans l'europe et le monde.

304

etan21
a écrit : Je vois pas en quoi voter escroc est vraiment beaucoup mieux que voter facho




rollen principe le facho est plus difficile à déloger...roll

305

vi et sa présence est bcp moins supportable.
merde ce mec a torturé des gens en algérie (même s'il nie c presque sur).

306

Kelso
a écrit : merde ce mec a torturé des gens en algérie (même s'il nie c presque sur).

Non, non il ne nie pas. Mais il a été amnistié par Giscard (comme tout les autres crimes de guerres de l'epoque...fou) .
A ce sujet la condannation d'Aussares est proprement dégueulasse. T'as le droit de violer et torturer mais pas d'en parler dans ton bouquin exutoire...confus, mais je m'égarre.
charlyz
a écrit : Si ! ces manifestations sont totalement antidémocratiques, elles vont à l'encontre du vote des français

de seulement 17% des 70% des electeurs...c'est loin de representer une majorité de francais...Manifester, c'est toujours contre le pouvoir en place donc contre le vote des francais...je vois pas ce qu'il y a d'Anti-democratique à marcher avec une pancarte ou même à se reunir pour en parler......même en geulant.(tu manifestes moins quand tout le monde est d'accord avec toi... grin)

307

Ce n'est pas anti-démocratique mais inutile et pas logique, quand tu n'a pas voté (comme moisad), tu reconnais ton erreur et tu attends le prochain tour pour essayer de la rattraper comme tu peux. Descendre dans la rue ca ne changera rien fera encore plus oublier la politique et surtout ne fera que conforter la situation de Le Pen.

308

En lisant vos posts je commence a avoir tres peur. Tres, tres peur.

309

***erreur j'ai rien a faire ici moi ***

310

Pourquoi ca?

311

Peur d'une grave conséquence...
J'ai vu que cet vtff s'en prend même aux dirigeants étrangers...

312

Il a torturé en Algérie???
Ptêt ben, mais comme tous les militaires du moment, sous les ordres du pouvoir public de l'époque (chirac, giscars, le sacro-saint de Gaulle, etc)

Il est nazi?
P'têt pas, vu que le nazisme repose sur deux principes:
->supériorité de la "race" aryenne et nordique sur tous les peuples de la terre
->expansion de l'espace vital de l'Allemagne vers l'est et rassemblment de touts les peuples de source allemande dans un seul empire (3ème Reich)
Jusqu'à présent, il a jamais dit ça.

attention Notez bien que je ne suis pas pour lui, mais pour le contrer, ça ne sert à rien de taper dans tous les sens et 90% du temps à côté de la plaque, faites-le intelligement, c'est plus constructif et plus efficace.
A bon entendeur...
avatar<<< Kernel Extremist©®™ >>>
Feel the power of (int16) !

313

Peur non... quand même pas.

Je vois bien une bonne petite cohabitation maintenant, vu que tt le monde va voter à gauche. La branlée est récente, y'en a qui vont avoir des remords.
Bref, 5 ans de cohabitation à venir, aucun problème résolu.
Remarque que avec chirac comme prez on est mal barrés aussi, de toute façon !

Les lycéens vont encore pouvoir sécher des cours dans 5 ans gol

314

En tout cas, mieux vaut voter super-menteur que super-facho!vtff

attentionJ'ignore si on peut se permettre de plaisanter mais je me risque:
' Connaissez la différence entre une queue de vache et la cravate de JM Le Borgne?
La queue de vache masque completement le trou du censuré qui se trouve derrière...

Même si franchement je me demande si on peut vraiment prendre la chose avec humour...confus
avatarMaintenant j'ai la flemme de garder une signature à jour sur ce site. Je n'ai même plus ma chaîne Exec sous la main.

315

nounoun a écrit :
Il est nazi?
P'têt pas, vu que le nazisme repose sur deux principes:
->supériorité de la "race" aryenne et nordique sur tous les peuples de la terre
->expansion de l'espace vital de l'Allemagne vers l'est et rassemblment de touts les peuples de source allemande dans un seul empire (3ème Reich) Jusqu'à présent, il a jamais dit ça.


ouai enfin il a qd meme ds ca jeunesse été le patron d'une maison d'edition ki edité des disques et des livres en l'honneur du 3eme reich

et pi il est pas si con que ca !! il sais tres bien k'en disant ca il signe sont arret de mort ms ca l'empeche pas de le penser

316

pphd> pourquoi avoir peur ? peur de quoi ?
avatar納 豆パワー!
I becamed a natto!!!1!one!

317

Historique
Les origines du Front national aident à comprendre sa nature profonde. En 1969, le mouvement Ordre nouveau succède au groupuscule d'extrême droite Occident, dissous le 31 octobre 1968. Il s'agite principalement dans les universités, particulièrement à Assas, et rassemble environ 2000 militants.

Au début des années soixante-dix, l'atmosphère paraît porteuse pour les néo-fascistes de tout acabit, du moins autour de nous. Le Mouvement social italien obtient 56 députés, le NPD néo-nazi et le National Front progressent aux municipales en Allemagne et en Grande-Bretagne. Le journal Minute et son rédacteur en chef, François Brigneau, veulent l'unification des groupuscules « nationaux ». Ils parviennent à imposer cette stratégie au congrès d'Ordre nouveau, en juin 1972, et cherchent alors un chef un peu entraînant. Ce sera Le Pen. Le 5 octobre 1972, naît le Front national, salle des Horticulteurs à Paris, avec l'ex-député poujadiste à sa présidence, François Brigneau de Minute comme vice-président, Alain Robert, d'Ordre Nouveau, comme secrétaire général. Aux législatives qui suivent, en mars 1973, le FN ne recueille que 2,3% des voix là où il présentait des candidats, 1,3% de l'ensemble. En juin 1973, à la suite d'un meeting à la Mutualité contre « l'immigration sauvage » et des affrontements avec l'extrême gauche qui s'y déroulent, Raymond Marcellin, ministre de l'Intérieur, obtient en Conseil des ministres la dissolution simultanée de la Ligue communiste et d'Ordre nouveau. Le terrain est libre pour le Front national.

Pendant la dizaine d'années qui suit, il demeurera un mini-parti, réceptacle des groupuscules d'extrême droite (la double appartenance est autorisée). Le Pen impose ainsi aux traditionalistes d'accueillir les « nationalistes révolutionnaires », c'est-à-dire les néo-fascistes, l'aile dure de l'extrême droite, et notamment François Duprat et ses amis, qui défendent déjà le négationnisme et seront à l'origine de la thématique anti-immigrés. Le président du FN fait la synthèse des différents courants en soutenant le franquisme en Espagne, Pinochet au Chili, le régime des colonels en Grèce. Lui et son mouvement restent très marginaux : fiasco présidentiel en 1974 (Le Pen n'obtient que 0,74% des suffrages exprimés, 190 921 voix) ; échec à nouveau aux municipales de 1977 (sur Paris, les dix-huit listes du FN se contentent de 1,8% des suffrages exprimés) ; déroute aux législatives de 1978 (0,33cheeky - Jean-Pierre Stirbois, fraîchement recruté avec ses petites troupes du Mouvement solidariste français, se contente de 2% à Dreux, où il se présente, déjà ; incapacité de Le Pen à se présenter à l'élection présidentielle de 1981 (il ne réunit que 434 des 500 signatures d'élus requises) ; score infime du FN aux législatives qui suivent (0,18cheeky.

Avec l'aggravation persistante du chômage, l'arrivée de la gauche au pouvoir, la montée des sentiments anti-immigrés, les complaisances de la droite, acceptant ici ou là des accords, les occasions offertes par des scrutins proportionnels (européennes) ou semi-proportionnels (municipales) et l'implantation sur le terrain de quelques frontistes, tout va changer. Premier choc à Dreux, où Jean-Pierre Stirbois obtient 12,62% des suffrages aux cantonales du 14 mars 1982. Premier succès personnel de Le Pen aux municipales de 1983, avec 11,26% des suffrages sur son nom dans le XXe arrondissement de Paris. Première élection d'un responsable d'extrême droite à Dreux, en septembre 1983, après fusion entre la liste conduite par le gaulliste Jean Hieaux et celle de Stirbois (17% au premier tour). Désormais, l'extrême droite compte.


Organisations
La traversée du désert s'achève, l'organisation de masse prend forme. Aujourd'hui, le Front national compte plus de 60 000 membres. La structuration du parti garantit l'obéissance au chef. Le président est maître de la convocation d'un bureau politique ou d'un congrès. Il est secondé par deux responsables : le secrétaire général (Carl Lang, jusqu'à l'été 1995) et le délégué général, Bruno Mégret. Le doublement systématique permet un marquage réciproque : on le retrouve dans les structures départementales, chaque secrétaire général étant flanqué d'un secrétaire général adjoint. Mais le FN ne se limite pas au parti, à ses militants et ses élus.

Le politologue Guy Birenbaum a bien analysé son expansion : « Le système Le Pen ne se contente donc pas de construire un parti. Il se traduit également par la mise en place d'organisations satellites au sein ou aux proches frontières du FN : des organisations qui tendent à constituer une véritable sous-société national-frontiste » (Le Front national en politique, Balland, coll. « Fondements », 1992, p. 219), un peu sur le modèle du Parti communiste dans sa période de puissance. Parmi ces excroissances aidant à la pénétration lepéniste dans la société, on trouve le Front national Jeunes créé en 1974. « Entreprise moderne et libertés », née en 1984, regroupe une dizaine d'organisations spécialisées pour mieux s'implanter dans différents secteurs, particulièrement les transports : aériens, avec le cercle Réagir créé par deux pilotes d'Air Inter après un détournement d'avion ; ferroviaires, avec le Cercle national des chemins de fer, et parisiens, le FN progressant même chez les machinistes RATP de la banlieue nord [Voir Peur]. Le Cercle national des agriculteurs de France publie La Lettre aux paysans et contribue aux progrès du FN en milieu rural. Martine Lehideux anime le Cercle national des femmes d'Europe et fait le lien avec les mouvements anti-avortement [Voir Avortement]. Fraternité française intervient sur le terrain humanitaire en défendant la « préférence nationale », de même que le Front antichômage, créé en 1987. Le Cercle national des Français résidant à l'étranger a été développé par Jacques Dore, ancien de la France libre, et regroupe de nombreux sympathisants. Le FN cherche même à rallier quelques juifs à travers le Cercle des juifs de France, dirigé par Robert Hemmerdinger. Dans la même veine, l'Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l'identité française (AGRIF), qui s'est distinguée en s'attaquant aux films de Jean-Luc Godard (Ave Maria) et Martin Scorsese (La Dernière Tentation du Christ). Le Front national se lie de plus en plus aux catholiques traditionalistes, dont s'occupe Romain Marie (Bernard Antony) avec ses comités Chrétienté-Solidarité.

Dans un autre secteur, le Cercle national des combattants, animé par Roger Holeindre depuis la fin 1985, réunit militaires et anciens combattants, et forme des cadets au château de l'ex-empereur Bokassa. Le Cercle national des rapatriés a été fondé par Pierre Sergent. Le Cercle national des gens d'armes, dirigé par un colonel de gendarmerie, publie la revue trimestrielle Le Glaive. La Fédération professionnelle indépendante de la police (FPIP) est une organisation amie, de même que l'Association nationale pour le rétablissement et l'application de la peine de mort. « L'armée et la police, comme les organisations qui évoluent autour, sont donc des terrains privilégiés pour la pénétration de certains thèmes du national-frontisme » (Guy Birenbaum, op. cit., p. 234).

« Je suis partout », pourrait ainsi conclure Le Pen.


Front National Jeunes
Le FNJ réunit les lepénistes âgés de 16 à 25 ans (28 ans pour les dirigeants). Le mouvement de jeunes du FN ne dispose d'aucune autonomie par rapport à l'organisation mère. Il revendique 15 000 adhérents. Dirigé par Samuel Maréchal, gendre de Le Pen, dont il a épousé la seconde fille, Yann, le FNJ voue un culte total au chef de l'extrême droite française. Il sert de vivier pour la formation des futurs dirigeants, tel Carl Lang, secrétaire général du FN de 1988 à 1995 et ancien dirigeant du FNJ. Maréchal appartient à la tendance « néo-fasciste » des Gollnisch et autres Lang, par opposition à la tendance « néo-parlementaire » et païenne de Bruno Mégret. Les spécialistes de l'extrême droite ont montré que le FNJ fait le lien avec les organisations néo-nazies, comme l'Oeuvre française et ses skinheads, les Jeunes nationalistes révolutionnaires (JNR), naguère dirigés par Jean-Gilles Malliarakis, qui a rejoint le mouvement lepéniste, et aujourd'hui conduits par Serge Ayoub, alias « Batskin » (parce qu'il s'arme d'une batte de base-ball), ou l'Union des étudiants d'Assas (UDEA, ex-Groupe union droit, GUD). Mais pour développer l'implantation du mouvement chez les jeunes, le FNJ anime de faux syndicats [Voir Renouveau Lycéen]. Aux étudiants démocrates de les démasquer, et de les contrer.

La France se classe au premier rang des pays européens pour la croissance

u Sur la période 1997/2001, la France s’est hissée au 1er rang des grands pays européens avec une croissance de 2,9%. Celle-ci est quasiment analogue à celle du Royaume-Uni (2,7cheeky et supérieure de près d’un point à celles de l’Allemagne (1,8cheeky et de l’Italie (2,1cheeky

u À titre de comparaison, lorsque la droite était au pouvoir entre 1993 et 1997, la croissance française était bien inférieure à la moyenne européenne, avec des performances médiocres comparables avec celles de l’Allemagne et bien inférieure à celles de l’Italie et du Royaume-Uni

u Pour l’année 2001, marquée par un net ralentissement de l’économie mondiale, la France se démarque encore des autres pays : elle enregistrera, avec la Grande-Bretagne, le meilleur taux de croissance du G7 avec un peu plus de 2%, contre seulement 1% aux U.S.A., 0,8% en Allemagne et un taux négatif au Japon.

C’est bien la preuve que la politique de l’emploi et de soutien à la consommation menée depuis 1997 a joué un rôle décisif dans notre rythme de croissance

Depuis 1997, le chômage a donc diminué plus vite en France que dans le reste de l’Europe. La France s’est rapprochée de la moyenne européenne et a ainsi fortement réduit son retard.

>>>>>>>>>>>>>>>> Voilà pourquoi Monsieur Le Pen est un sympathisant Nazi:

Monsieur Le Pen, avant de voler l'héritage de Monsieur Lambert, industriel du batiment, à d'abord originellement constitué sa fortune en vendant des copies de chants SS.... Bien que je n'ai jamais entendu ces chants, je doute que la simple mélomanie, dont pourrait jouir Monsieur Le Pen (à défaut de pouvoir jouir pleinement de ses capacités visuelles....) justifie le choix de chants SS....
Il est l'auteur du jeu de mot "Durafour-crématoire" dont je te laisse apprécier la signification....
Il a qualifier la Shoah, ou périrent notamment 6 000 000 de juifs de "détails de l'histoire", poursuivant l'oeuvre et s'inscrivant en droit ligne des Nazis qui cherchaient à tout prix à dissimuler le massacre des juifs d'Europe et qui pour cela procédèrent à l'enfouissement des premiers cadavres sortis des chambres à gaz avant de les déterrer pour les mettre dans des fours crématoires afin de les réduires à l'etat de cendres pour ne pas laisser de traces, méthode qu'ils réproduirent ensuite systématiquement pour toutes les victimes du génocide.
Il a parmi ses soutients les plus précoces nombres d'anciens Waffen SS, ou combattant de la division Charlemagne ainsi:
- Léon Gaultier: ancien lieutenant Waffen SS.
- Gilbert Gilles : ancien adjudant Waffen SS, ancien membre de l'OAS.
- Marc Augier : Alias Saint-Loup. Ecrivain, ex-SS.
- Pierre Busquet : Ancien de la division Charlemagne.
- Victor Barthélemy : Ancien de la légion des volontaires français contre le Bolchevisme (LVF).
- Paul Malaguti : Membre du Parti Populaire Français, montant la garde devant le maison de la Gestapo à Nice, pendant que des résistants se faisaient torturer (Canard enchainé du 26 fevrier 1992).
- Roland Gauguillot : Ancien membre du gouvernement de Vichy.
- Pierre Sergent : Ancien de l'OAS.
- etc....


Voilà pourquoi Monsieur Le Pen est raciste:

Adhérer à l'ideologie Nazi signifie croire à l'inégalité des races et à une hierarchie entre ces races. Cette croyance est aussi ce que l'on appelle le racisme.

tres important :
**dis lui que le taux de chomage n'est pas pres de 34% mais qu'il est de 8.9% depuis début février

**Rappel la diminution du chomage depuis 1997:
en 1997 12.3%
en 2002 8.9%

sur la chomage egalement :

u De 1997 à 2001, le chômage a diminué de 3,9 points en France, alors qu’il n’a baissé que de 3,1 points sur l’ensemble de l’Union européenne. Au contraire, de 1993 à 1996, la performance française était nettement moins favorable par rapport à la moyenne européenne : le chômage était resté stable dans l’Europe des Quinze, alors qu’il avait progressé de 0,7 point en France.

La France n'est pas moins riche que la Grece et l'Espagne, elle est plus riche :

Eurostat calcule l’évolution du revenu par tête, c’est-à-dire la division du revenu national du pays par le nombre des habitants. Notre pays continue à avoir une fécondité plus forte que ses voisins, une population qui croît. Par conséquent, le critère du revenu par tête nous défavorise par rapport à des pays à faible démographie.

u En revanche, le PIB calculé par personne active en France est parmi les meilleurs en Europe

u Eurostat calcule par ailleurs l’évolution du revenu par tête en dollars, sans tenir compte de la dépréciation de l’Euro par rapport à la devise américaine ou à la livre Sterling. Corrigée des effets de change, la même analyse fait apparaître que la France ne s’est pas fait dépasser par le Royaume-Uni mais qu’au contraire, sa richesse a évolué plus vite.

Depuis 1997, la misère, le chômage et l’exclusion ont reculé en France

u À l’automne 1999 et pour la première fois depuis sa création, nous avons inversé la courbe du RMI : le nombre d’allocataires est en baisse de 80 000 !
Cela n’est ni le fruit du hasard ni celui d’une conjoncture économique favorable.
Ce recul de la misère est l’aboutissement d’une politique volontariste en faveur de l’emploi et de l’insertion qui sont les deux vrais solutions face à ces maux et sont efficaces

et
Ces résultas sont le fruit d’une politique et d’une volonté

u Ces résultats sont le fruit de nos choix :
- Valorisation des programmes d’insertion : « emplois-jeunes », programme TRACE et « nouveau départ »
- Redistribution des fruits de la croissance aux plus démunis
- Amélioration du pouvoir d’achat des salariés les plus modestes : coups de pouce au SMIC (+8 000F au total en francs constants), Prime pour l’emploi (+ 3 000F), baisse des cotisations salariales maladie (+ 800 F nets de CSG)Vote et application sur le terrain de la loi de lutte contre les exclusions.

Nous avons aussi fait baisser le chômage de longue durée de 42%, soit 480 000 personnes qui ont retrouvé un travail, un espoir, une nouvelle vie.
u Les chômeurs les plus fragiles, bénéficiaires de l’ASS ont vu leur nombre décroître de 75 000 personnes.
En diminuant d’un tiers le chômage des jeunes, nous avons donné les moyens à la France de croire en son avenir.
Par rapport à 1997, les salariés au SMIC touchent aujourd’hui l’équivalent d’un treizième et d’un quatorzième mois, c’est à dire 11 800 F de plus par an en Francs constants. Cela n’allait pas de soi : en 1993 et 1997, ils n’avaient obtenu que deux jours de pouvoir d’achat.

oula me suis emballé la grin

318

Tous contre le Pen, voici mes slogans

Non au F-Haine
Séisme politique à 17,8 à l'échelle de Hitlerfuckvtffvtffvtffvtffvtffrageragecouiccouicmadangryangry

319

Vingts dieux quelle journée!!

Une manif géante, et une réunion publique avec des tas d'hommes politiques juste après.

320

je precise que les rumeurs sur les analogies hitler le pen sont fausses
avatar納 豆パワー!
I becamed a natto!!!1!one!

321

et pkoi ?
argument un petit peu si tu veux avoir quelques crédibilité ...

lisez mon TEXT

322

Il y a longtemps, dans une lointaine galaxie...



Le 1er mai, la fête de Jeanne d'Arc célébrée par le Front national regroupe 600000 personnes à Paris (500000 selon la Préfecture de police, 800000 selon les organisateurs) autour du slogan << Le Pen président ! >>. Une contre-manifestation organisée par *Ras l'front* et SOS Racisme rencontre celle du FN sur la place André Malraux et la situation tourne à l'affrontement. Les forces de l'ordre interviennent et dispersent les manifestants, mais plusieurs vitrines sont brisées et pillées, la librairie installée en bas de la Comédie française est saccagée. Le bilan fait état d'un mort (présumé tabassé par des skinheads : le FN dément toute implication et affirme que les
skinheads sont des éléments extérieurs dont il ne peut pas répondre) et de trois blessés légers.

Le 2 mai, en réaction au mort de la manifestation de la veille, de violentes émeutes éclatent à Mantes-la-Jolie (notamment dans la cité qu'habitait le jeune homme décédé). L'affrontement avec la police fait deux blessés graves, dont un policier. Le ministre de l'intérieur, Daniel Vaillant, fait une déclaration ambiguë et alambiquée devant les caméras de France télévision. Jean-Marie Le Pen réagit en condamnant la capitulation de l'Etat et les zones de non-droit que sont devenues certaines cités. Plusieurs journalistes accordent une large tribune à ses propos.

Le 3 mai est publiée dans *France soir* une déclaration en forme d'aveux d'un ancien responsable du RPR (mal identifié !) qui met en cause nommément Jacques Chirac et apporte de nouvelles accusations sur la gestion financière, sous sa présidence, de la mairie de Paris et de l'Elysée. On apprend notamment que plus de 8000F (1200EUR) étaient dépensés _quotidiennement_ dans la ligne budgétaire << aménagement >>, qui revenait en fait directement dans un compte bancaire à Zürich. Patrick Devedjian dénonce un << faux grossier, à l'initiative des ennemis politiques du chef de l'Etat >>. Jean-Marie Le Pen évoque le << train de vie fastueux de dirigeants malhonnêtes >> et promet << toute la lumière sur cette affaire >>.

Le 4 mai, les derniers sondages publiés par l'Ipsos montrent Le Pen remontant dans les intentions de vote à 42% contre 58% pour Jacques Chirac.

Le 5 mai à 19h30, l'abstention est estimée à 34.5%, le plus haut score jamais enregistré au second tour d'une élection présidentielle (devant 31.1% en 1969). A 20h, Le Pen est donné gagnant par les premières estimations. Sur Canal+, Karl Zero interrompt son émission et fait diffuser un écran noir pendant trois minutes. Sur le plateau de France 2, François Bayrou éclate en larmes ; François Hollande accuse nommément Nicolas Sarkozy d'être responsable de cette défaite << de tous les républicains >> en ayant refusé le soutien des voix de la gauche ; Jean-Pierre Raffarin parle de la nécessité de << redonner confiance >> aux électeurs en la vie politique et évoque la nécessité pour chacun de << s'interroger sur sa responsabilité >>. A 22h, les estimations donnent Le Pen à 52.6% devant 47.4% pour le président sortant.

Le 8 mai, le Conseil constitutionnel publie les résultats définitifs, donnant 51.9% des suffrages exprimés à Jean-Marie Le Pen. Le 9 mai a lieu la passation de pouvoir entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen. Dans la journée, Lionel Jospin remet sa démission et Marie-France Stirbois est nommée Premier ministre par l'Elysée.

Le 8 mai au soir, une manifestation spontanée contre le Front national rassemble plus de 300000 personnes à Paris, place de la République.

Le 9 mai, une nouvelle manifestation, à l'appel de nombreuses organisations, syndicats et partis politiques, rassemble plus de 800000 opposants au FN et plusieurs responsables politiques dont Bertrand Delanoë, maire de Paris. Le ministre de l'intérieur nouvellement nommé, Patrice de Blignières, révoque le préfet de police de Paris. Les 10 et surtout 11 et 12 mai, plusieurs autres manifestations ont lieu dans Paris et dans de grandes villes de Province. L'affrontement est parfois très dur, et il est fait état de huit morts sur quatre jours.

Le 15 mai, à la sortie de son premier conseil des ministres, le président annonce qu'en raison de l'exceptionnelle gravité de la situation, l'état d'urgence est décrété sur tout le territoire, et qu'il prendra les pleins pouvoirs conformément à l'article 16 de la constitution. Le premier ministre, le président de l'Assemblée nationale et le président du Sénat sont entendus ; le Conseil constitutionnel donne un avis défavorable estimant que << l'intégrité du territoire >> n'est pas menacée, mais la décision paraît néanmoins dans le *Journal officiel* du 17 mai.

Le week-end des 18 et 19 mai, de nouvelles manifestations ont lieu un peu partout. Certains journalistes parlent d'insurrection, voire de révolution. Des barricades sont dressées dans le quartier latin, notamment autour de l'Ecole normale supérieure. Le couvre-feu est décrété par le gouvernement sur la totalité du territoire.

Le 20 mai, l'Assemblée nationale et le Sénat se réunissent de droit. Un groupe de parlementaires, toutes tendances confondues, affirment leur intention de traduire le président nouvellement élu devant la Haute Cour. Le 21 mai, le Premier président de la Cour de cassassion, Guy Canivet, est démis de ses fonctions par une ordonnance du président de la République. Le 22 mai, c'est le tour du vice-président du Conseil d'Etat, Renaud Denoix de Saint-Marc, d'être révoqué. Plus qu'une atteinte à l'indépendance de la justice, c'est un véritable coup d'Etat que dénoncent les médias. Le 24 mai, le Conseil supérieur de l'audiovisuel est intégralement renouvelé, et ordonne à la chaîne Canal+ (qui s'est montrée une des plus virulentes critiques du gouvernement FN) de cesser d'émettre, prétextant des difficultés internes à la chaîne.

Une relative accalmie survient dans les jours suivants, et les barricades disparaissent, le couvre-feu est supprimé. Néanmoins, le 29 mai, des ordonnances sur la nationalité (révoquant rétroactivement les modifications apportées depuis 1973 au code de la nationalité) et sur la liberté de la presse ravivent les tensions. Le 5 juin, un décret << rappelle >> que l'Assemblée nationale termine son mandat le 18 juin et que la situation actuelle << ne permet pas la tenue de nouvelles élections >>. Le 19 juin, comme les députés continuent de siéger, le ministre de l'intérieur Patrice de Blignières fait assiéger le Palais-Bourbon. M. Raymond Forni et Mme Nicole Catala, respectivement président et vice-présidente de l'Assemblée nationale, sont arrêtés à leur domicile personnel. Le 20 juin, sans être saisi, le Conseil constitutionnel se réunit et décide que le président de la République << est empêché d'exercer ses fonctions >> et que le président du Sénat Christian Poncelet en exercera les fonctions. La décision n'est pas publiée par le *Journal officiel*. Christian Poncelet, Yves Guéna, Pierre Joxe et Simone Veil sont aussitôt arrêtés.

Une bataille armée se déroule au jardin du Luxembourg autour des bâtiments du Sénat. Rapidement, celle-ci gagne tout Paris, et le président de la République ainsi que le gouvernement quittent la capitale pour s'installer à Versailles. La << seconde commune de Paris >> est proclamée par les insurgés. Le 26 juin, l'armée marche sur Paris, qui tombe après de sanglants combats.

Le 27 juin, le président de la République publie une série d'ordonnances dénonçant unilatéralement tous les traités de l'Union européenne depuis le traité de Rome inclus et rétablissant le franc comme monnaie légale en France (avec une période transitoire de deux semaines) ; fermant les frontières à toute personne de nationalité étrangère ; abrogeant la constitution de 1958 et donnant au président pouvoir constituant pour en rédiger une nouvelle ; établissant un contrôle bien plus étroit sur la presse ; etc.

<< Le voile se déchire, vive la dictature. >> (Camille Desmoulins)

323

t'as oublié le 6 mai> Uther Lightbringer démenage en Espagne
avatar

324

ça calme !

325

bien vu!
ce genre de chose est tout à fait plausible SI le pen est élu.
ça fiche vraiment la trouille

326

Pas plus que ça, ce con serait virer immédiatement dans une sorte de révolution civile.

327

ex : l'autre con en Autriche, élu et facho, combien de temps il est resté ? 2 mois ?

328

soyez pas trop optimistes.
Haider est toujours là, sauf qu'il a été neutralisé.
Et là on parle d'un président.

329

y'a qu'a voir comment Chirac est intouchable, ca fait pur, alors si y'avait LePen au pouvoir!
avatar

330

~84% pour Chirac ouééééééééééééééééééé
(je connais un redac chef) tongue
avatarI'm on a boat motherfucker, don't you ever forget