1

Voila moi j'ai po d'idée donc a vous de jouer les gas
avatarTchimbé red pa moli

2

euh... Cethan ? tongue

3

Cernunnos
« Le Cornu » devait son nom aux cornes de cerf qu'il portait au sommet du crâne. Il apparaissaît souvent représenté assis en tailleur, commandant aux animaux dont il était souvent entouré (sanglier, lion, cerf, chien, cheval), comme sur le chaudron de Gundestrup (ci-contre, détail). Il symbolisait peut-être ces forces fécondes et le cycle des renouvellements car les bois du cerf tombent et repoussent comme le font chaque année les feuilles sur les arbres. On l'honorait pour qu'il veille au succès de la chasse, à la fertilité de la nature.


Belenos
« Le Brillant » était un dieu jeune et beau comme l'éclat du soleil. Jules César le comparaît à Apollon, lui attribuant d'ailleurs un char entouré de rayons lumineux. Il pouvait être appelé Grannos (le Brûlant), Maponos (grand fils) ou encore Abelio en Aquitaine ou Beli au Pays de Galles. Oengus, le fils du Dagda, jouait le même rôle en Irlande.
Lors de la fête de Beltaine on allumait de grands feux en son honneur. On purifiait le bétail en le faisant passer à travers la fumée. Il fut aussi vénéré dans des temples circulaires à partir de l’époque gallo-romaine.

Taranis
« Le Tonnerre » (en Gallois et en Breton, Taran signifie toujours Tonerre), dieu redoutable et guerrier était particulièrement honoré par l'aristocratie militaire. Il fut assimilé par les Romains à Jupiter. On lui sacrifiait des êtres humains et des animaux en les brûlant dans de grands chaudrons ou dans des mannequins d'osier (voir ci-contre). Cette image a souvent été représentée comme l’illustration de la « barbarie » des celtes et de leurs cultes.
On a trouvé des monuments dédiés à Taranis un peu partout dans le monde celtique, des côtes de l'Adriatique au nord de la Grande-Bretagne. Il est souvent représenté avec son symbole, la roue.
Toutates
Mentionné par l'historien romain Lucain, la nature de ce dieu était assez particulière, puisqu'il semblerait qu'il n'en soit pas un, en fait. En effet, Toutates est une phrase voulant dire "le gardien du peuple". Il s'agit en réalité de magie guerrière. Les gaulois ne voulaient pas pour des raisons magiques que l'ennemi connaisse leur dieu protecteur et de ce fait ne citaient pas son nom, craignant que l'ennemi ne retourne leur dieu contre eux. Pour l'invoquer, ils utilisaient alors ce théonyme générique.

Brigid
Brigid, ou Brigit, Brigindo en Gaule, était une déesse de la guérison et de la fertilité vénérée dans tout le monde celte. Elle assistait notamment les femmes en couches. Son culte fut particulièrement répandu en Irlande et dans le nord de la Bretagne insulaire (ou elle y était connue repectivement sous les noms de Bride et de Brigantia), ou elle donna son nom à la tribu des Brigantes.
Sainte Brigitte, ou Sainte Bride, l'une de sainte patronne de l'Irlande, est son héritière dans la tradition chrétienne.
Lugh
Lleu au Pays de Galles, Lugus en Bretagne insulaire, Lugos ou Esus en Gaule, était le dieu celtique du soleil. On le décrivait comme un jeune et beau guerrier.
Son nom est resté célèbre même après l'avènement du christianisme, en entrant dans la composition de mots décrivant la magie dans le folklore irlandais. Luchorpain ("petit Lugh bossu") est devenu Leprechaun, lutin, gardien des trésors. On fétait encore au milieu de ce siècle en Irlande la fète du soleil, Lughnasad, qui avait lieu pendant le mois d'août.
On peut également juger de l'importance de son nom en se rappellant que c'est lui qui a donné le sien à la ville de Lyon, Lug-dunum ("le fort de Lugh") dans l'antiquité, ou à celles de Loudun ou de Leyde (Pays-Bas), toponymes qui ont la même origine étymologique.


Camulos était le dieu des Rémi, une tribu celte vivant dans l'actuelle Belgique, et une divinité de la guerre vénérée dans le nord de la Bretagne insulaire et dans la ville de Camulodunum ("le fort de Camulos"), actuelle Colchester dans l'Essex. Le nom de la ville servit peut-être de base à la cité arthurienne de Camelot.
Les romains associèrent Camulos à leur dieu de la guerre, Mars.

Epona
Cette déesse très populaire était la patronne des cavaliers(dessin ci contre). Elle protégeait juments, poulains ainsi que mulets et ânes. Elle montait une jument en amazone et était souvent accompagnée d'un poulain, plus rarement d'un oiseau ou d'un chien (voir ci contre). Sa popularité fut grande au sein de l'armée romaine qui l'adopta. Une fête vint même à lui être consacrée, à Rome, le 18 décembre.



Edit: Deirdre est un nom celtique aussi et ça rappel de bon souvenir au joueur de SMAC

avatarQuand le goéland se gratte le gland c'est qu'il va faire mauvais temps, s'il se gratte le cul c'est qu'il fera pas beau non plus.

4

Taran me plait bien

5

vi c'est celui que j'avais reperé aussi, taran ou taranis

6

Au fait Epona c'est pas le cheval de Link dans Zelda?
avatarQuand le goéland se gratte le gland c'est qu'il va faire mauvais temps, s'il se gratte le cul c'est qu'il fera pas beau non plus.

7

Taran Tarzan le pas est vite fait

8

Taranis j'aime beaucoup
avatarTchimbé red pa moli

9

requiem972
: Taranis j'aime beaucoup


moi aussi

10

Va pour Taranis.
avatar

11

Un site pour des idées de nom: http://www.histoiredumonde.net/antiquite/mythologie_celte/
Je garde Brennos pour un EG...

Edit: suite au post d'Inao, les unités seront renommées (ordres MD 1625)

12

En parlant de nom, il y a encore un lancier de pas nommer (ça doit être celui d'Angus) et deux archers. On m'avais proposé Clovis pour le lancier, mais ce n'est pas franchement celte...
avatar

13

il va falloir trouver encore des nouveaux noms

tous à vos dictionnaires
avatarQuand le goéland se gratte le gland c'est qu'il va faire mauvais temps, s'il se gratte le cul c'est qu'il fera pas beau non plus.

14

cuchulainn
mordred...