30

Uther (./27) :
Oui en effet c'est beaucoup trop simplifié, mais on comprend l'idée. Pour un événement équiprobable, le taux de réussite par hasard est de 50%. Si la divination ne fait pas mieux que 50% de manière consistante sur un éventement équiprobable, autant dire que ça ne vaut rien.
D'ac, il me manquait le fait que, de base, l'événement soit équiprobable (ce qui, pour les événements de la vraie vie, est difficilement quantifiable vu le nombre de paramètres, sauf pour une expérience sélectionnée spécifiquement).

Pen^2 (./29) :
(en fait concernant le mélange je suis relativement sérieux : si la manière de mélanger n'influe pas le résultat, ne pas mélanger est tout aussi valide, non ?)
Ça dépend surtout de la dernière utilisation, parce que si tu reposes la dernière carte par-dessus ou par-dessous, tu biaises le hasard.
avatar

31

ce qui est équiprobable c'est de se tromper ou d'avoir raison quand on n'a en réalité aucun moyen de mesurer réellement le phénomène à prédire.

par ex demander a un medium de dire sous laquelle de deux boites opaques se trouve un jeton...

On peut mettre au point ce genre de test avec le tarot, on fait une hypothèse, on la prédit (oui ou non), puis on vérifie si la prédiction est correcte ou non par une observation triviale.

Il est important de faire l'hypothèse avant la prédiction...

32

Oui, bien sûr, mais si ton hypothèse est "je vais me faire renverser par une voiture en sortant de mon bureau" et que ton bureau est dans une zone piétonne, tu n'as pas équiprobabilité de te tromper ou pas parce qu'il y a un biais environnemental, c'est ça qui m'a fait tiquer.
avatar

33

Une prédiction en se basant sur UN fait, c'est un coup de chance, ca devient intéressant quand il y a reproduction de l'expérience un nombre de fois suffisant pour qu'on puisse conclure de manière satisfaisante.

Exactement comme dire que j'ai soigné mon mal de tête avec une infusion de poudre de perlimpimpin. C'est possible, mais l'infusion, elle arrive a soigner avec quel % d'efficacité chez un grand nombre de gens différents? Et comment on fait la différence entre l'effet de la poudre de perlimpinpin et la température de l'eau d'infusion, ou de la phase de la lune, ou de l'age du capitaine?

C'est là qu'on arrive a faire la différence entre un plouf-plouf et un vrai "pouvoir"... il faut tout détricoter pour en sortir les vraies causes.

La démarche scientifique est un jeu d’enfantcuriologieMagnétiseurs, guérisseurs… Nombreux sont ceux qui pensent, en toute bonne foi, avoir des dons pour soulager les malades sans les faire passer par la case « médecin de ville ». Loin d’être inexploré…

34

Nil (./30) :
Ça dépend surtout de la dernière utilisation, parce que si tu reposes la dernière carte par-dessus ou par-dessous, tu biaises le hasard.
Oué mais justement c'est pas censé être le hasard donc à quoi bon mélanger ?

35

Pen^2 (./34) :
Oué mais justement c'est pas censé être le hasard donc à quoi bon mélanger ?
Du coup, pourquoi ne pas avoir un jeu de Tarot avec une seule carte, sans dessin dessus ? cheeky
avatar

36

Bonne idée !

37

L'argument de penpen est tout a fait valable.

Devoir mélanger implique que les cartes ont leur volonté propre mais sont incapables de bouger par elles mêmes, alors elles comptent sur le désordre du mélange pour obtenir leur significantitude, genre elles sont quantiques avant qu'on les observe toussa, ca commence a devenir sacrément compliquationné.

38

Ben si tu ne les mélanges pas, t'as quand-même une entropie très faible, donc un hasard assez douteux dans son hasarditude si on croit que c'est le hasard qui permet de donner un sens aux choses.
S'il n'y a pas d'influence du destin autre que "c'est comme ça qu'on a paramétré les machines pour que les cartes soient glissées dans leur boîte au moment de la fabrication", ça baise un peu les choses.
Idéalement, il faudrait que le hasard du mélange des cartes soit basé sur une série de mouvements aléatoires réalisés avec la souris et... hm, non, je dévie, je dévie...
avatar

39

Nil (./38) :
donc un hasard assez douteux dans son hasarditude
Mais justement, comme je le disais un peu plus haut, c'est censé ne pas être le hasard — si c'est le hasard c'est par définition n'importe quoi et on peut clore le topic ou poster des citrouilles ! cheeky (d'ailleurs il n'y en a pas eu cette année tsss)

./squalyl > exactement ^^

40

Je pense que c'est même pas la peine de rentrer dans ces considérations là. Aucun raisonnement logique a partir de réaction physiques standard n'est de toute façon viable. Si un tel phénomène existe, il pousserait a revoir toute la façon dont les sciences analysent le monde de nos jours.

Alors après tout, pourquoi pas revoir réviser les sciences, c'est déjà arrivé, mais avant d'essayer de déterminer comment fonctionne l'effet de divination, il faut déjà savoir s'il y en a déjà un. Une expérience en aveugle répond déjà en grande partie à la question. Les soucis c'est que aucune expérience divinatoire pratiquée avec des protocoles sérieux n'a pu démontrer un effet réel.
avatar

41

Uther (./27) :
Heu non, le taux de réussite d'un placébo est complexe et dépend de beaucoup de facteurs.
sans compter que beaucoup confondent plus ou moins volontairement homéopathie et phytothérapie.
avatar<<< Kernel Extremis©®™ >>> et Inventeur de la différence administratif/judiciaire ! (©Yoshi Noir)

<Vertyos> un poil plus mais elle suce bien quand même la mienne ^^
<Sabrina`> tinkiete flan c juste qu'ils sont jaloux que je te trouve aussi appétissant

42

squalyl (./31) :
ce qui est équiprobable c'est de se tromper ou d'avoir raison quand on n'a en réalité aucun moyen de mesurer réellement le phénomène à prédire.
c'est à ça que je faisais référence en disant qu'un placébo/échantillon test était à 50/50

du coup si la divination fait mieux que 50/50 on peut déduire qu'elle a un effet
avatarWebmaster du site Ti-FRv3 (et aussi de DevLynx)
Si moins de monde enculait le système, alors celui ci aurait plus de mal à nous sortir de si grosses merdes !
"L'erreur humaine est humaine"©Nil (2006) // topics/6238-moved-jamais-jaurais-pense-faire-ca

43

non, avant de déduire qu'elle a un effet, il faudrait reproduire plusieurs fois la mesure probante, et s'assurer qu'elle est bien dûe à la cause recherchée, et pas à un biais quelconque.